Il n’avait que 16 ans lorsqu’il a fait des attouchements sexuels sur sa cousine de huit ans.

Le délit a été commis en 2009. Neuf ans après les faits, le couperet est tombé. Ce maçon, aujourd’hui âgé de 25 ans, a été condamné à trois ans de servitude pénale. C’est la magistrate Razia Jannoo-Jaunbocus, siégeant en cour intermédiaire, qui a prononcé la sentence.

Le jeune homme répondait d’une accusation d’attentat à la pudeur. Le délit a été commis à Résidence La Cure. La fillette et l’accusé vivaient sous le même toit. Lorsque la victime a témoigné en Cour, elle était âgée de 16 ans. Elle a relaté que le jour du délit, elle se trouvait dans sa chambre à coucher quand l’accusé est entré. Ce dernier s’est approché d’elle et a enlevé ses sous-vêtements avant de se livrer à des attouchements sexuels sur sa personne.

Le maçon a réfuté les allégations portées par sa cousine contre lui. Dans son jugement, la magistrate Razia Jannoo-Jaunbocus souligne qu’au moment des faits, la victime était âgée de huit ans et que ce n’est que huit ans après les faits que celle-ci a témoigné sur l’incident. Pour la Cour, la victime est un témoin crédible, car elle a témoigné de manière convaincante. La magistrate a donc reconnu l’accusé coupable d’attentat à la pudeur.

Vu les circonstances aggravantes du délit et le jeune âge de la victime, elle a estimé qu’une peine de prison est justifiée. C’est la raison pour laquelle elle a infligé trois ans de servitude pénale au maçon. La Cour a cependant ordonné que les 350 jours que l’accusé a passés en détention préventive soient déduits de sa peine.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts