La présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, est de plus en plus isolée. Hormis Ivan Collendavelloo, les autres soutiens ne se manifestent pas. Entre-temps, les rumeurs enflent...
Ameenah Gurib-Fakim refuserait de partir dans le déshonneur.

Le Premier ministre était attendu au tournant hier soir. Mais Pravind Jugnauth a esquivé la presse. C’était lors d’un banquet donné à l’occasion de la fête du Printemps au club Hua Lien, à Trianon.

Également présent, le vice-Premier ministre, Ivan Collendavelloo, a quitté les lieux précipitamment par la porte de derrière.

Entre-temps, les heures de la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, à la State House sont-elles comptées ?

Une réunion qualifiée de décisive aura lieu ce matin entre Pravind Jugnauth et son numéro 2, Ivan Collendavelloo. Le leader du ML, partenaire du MSM, est considéré comme l’un des rares mais importants soutiens de la chef de l’État.

Le PMO, en mode wait and see depuis l’éclatement de l'affaire Platinum Card, aurait décidé de passer à l’offensive. L’entourage du Premier ministre espère un dénouement sans fracas dans les plus brefs délais. Un de ses conseillers nous confie :

Le problème c’est Ivan Collendavelloo qui, malgré la pression de l’opinion publique, continue à défendre Ameenah Gurib-Fakim et le leader du MSM ne souhaite pas mettre à mal le partenaire de l’alliance.

Un froid ou pire une cassure viendrait non seulement gâcher les célébrations de l’anniversaire de l’Indépendance mais aussi la cohésion gouvernementale à trois semaines de la rentrée parlementaire.

La chef de l’État, de son côté, ferait toujours de la résistance en refusant de partir dans le déshonneur. D'après nos renseignements, malgré la polémique, l’absence de soutien du PM, l’insistance du bureau politique du MSM pour qu’elle démissionne et l’opposition faisant cause commune, elle aurait l’intention de s’accrocher.

C’est une situation intenable, estime un membre du bureau politique du MSM encore très remonté deux jours après la réunion au Sun Trust où Pravind Jugnauth aurait reconnu devant ses troupes qu’il désapprouvait les agissements de la présidente. Pravind Jugnauth aurait laissé comprendre qu’elle devrait prendre une “décision”. La décision de step down en tout cas n’est pas arrivée.

Dans les milieux concernés, on laisse entendre que Pravind Jugnauth devrait convaincre le ML de lâcher Ameenah Gurib-Fakim afin que son départ intervienne avant le 12 mars. Ivan Collendavelloo serait isolé au sein de son parti après ses prises de position sur cette affaire. Le cas échéant, le gouvernement abordera la rentrée parlementaire avec peu de sérénité surtout avec la motion de blâme du chef de file des rouges au Parlement, Shakeel Mohamed. Elle sera soutenue non seulement par les membres de l’opposition mais pourrait aussi l’être par la majorité.

Pour l’heure, la possibilité d’enclencher les procédures de destitution contre la présidente est jugée infime. Le gouvernement pourrait opter pour une cohabitation difficile comme en 2005 entre Navin Ramgoolam et sir Anerood Jugnauth et entre ce dernier et Kailash Purryag.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations