Il a 30 ans, ne chante pas du Mylène Farmer d’une voix nasillarde, ne se balade pas en talons à longueur de journée, n’a pas de rapport sexuel avec le premier homme qui se présente à lui.
Dimitry Ah-Yu

Dimitri Ah-Yu est gay et travaille comme responsable marketing pour une boîte informatique.

Il ne faut pas croire que les gays sont différents, hein ! J’ai les mêmes problèmes que tout le monde. D'ailleurs, mo touzour pas koner ki pou cuit tanto...

Sur son lieu de travail, sa sexualité ne lui pose pas problème car ses collègues le jugent plus par sa performance qu’autre chose et selon lui, cela devrait être pareil pour tout le monde dans toutes les sphères. Cet habitant de Flic-en-Flac ne comprend pas qu’en 2018, les gens sont toujours définis par leur sexualité. Revenons à son travail.

Nous sommes 180 employés, la majorité sont des Mauriciens et viennent de tous les horizons. C’est un mélange de culture.

Le responsable de département sait bien que tous ne partagent pas ses points de vue, mais il n’a jamais été victime de commentaires désagréables ou d’autres actes d’homophobie car son travail, il le fait de manière irréprochable. Pour arriver à cela, il n’y a pas de secret. Il suffit simplement de s’assumer et d’être bien dans sa peau.

Certes, je ne vais pas crier que je suis homo sur tous les toits, mais j’impose mon bien-être.

Comme tout le monde, Dimitry Ah-Yu a des occupations autres que le travail. Après ses heures de bureau, il va au gymnase, sort avec ses amis, va en soirée…

Des soirées hétéros... et tout se passe bien.

Quant aux problèmes, ils sont universels : le ménage, les prix qui grimpent, les embouteillages… Être homosexuel ne l’en exempte pas des problèmes du quotidien. Il fait valoir que le soutien de ses parents a beaucoup contribué à son succès.

Comme tous les parents, ils ont imaginé une vie totalement différente pour moi, mais ils ont su m’accepter. Si je peux être fier de l’homme que je suis, c’est grâce à eux...

YOUR REACTION?

Facebook Conversations