Il voulait faire une plaisanterie à son amie qui travaille à la commission anticorruption. Il ignorait que cela allait prendre de l’ampleur. C’est ce qu’a expliqué Kevin Conhyedass aux enquêteurs.

Ce constable affecté au poste de Stanley a été placé en détention mercredi après la fausse alerte à la bombe au siège de l’ICAC, à Réduit.

Le policier, âgé de 38 ans, a comparu hier devant la cour de Moka où une accusation provisoire de bomb hoax a été retenue contre lui. Il a retrouvé la liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 8 000.

Kevin Conhyedass, qui compte 16 ans dans la police, avait pris la carte SIM de sa soeur mercredi. Il a envoyé un sms à son amie qui est Senior Corruption Prevention Officer à l’ICAC. Elle devait recevoir ce message sur son cellulaire vers 13 heures :

Bonjour est-ce que vous travaillez bien à l’ICAC ?

Suivi de :

C’est juste pour vous informer qu’il y a une bombe dans les toilettes des femmes.

Elle aurait aussi reçu un appel manqué de ce numéro qui lui est inconnu. L’employée a informé ses supérieurs. Le bâtiment de l’ICAC a été évacué alors que se tenait une réunion avec des syndicalistes à l’occasion de l’Africa Anti-Corruption Day.

La police de Moka et la Bomb Disposal Unit de la SMF ont été mandées. Lorsqu’au bout de deux heures, aucun engin explosif n’a été retrouvé, les activités de l’organisme ont repris.

Le constable Kevin Conhyedass a souligné qu’il ignorait que se tenait une conférence et voulait faire une blague à son amie qui était aussi dans la force policière avant d’être employée à l’ICAC.

De son côté, elle a donné un statement lorsqu’elle a su que son ami était à l’origine de l’alerte.

Ceux qui ont côtoyé le constable Kevin Conhyedass le décrivent comme étant sérieux dans son travail. D’ajouter qu’il est chagrinant que sa plaisanterie ait mal tourné.

Les proches du policier n’ont pas souhaité commenter l’affaire.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts