Grace Mugabe, Première dame du Zimbabwe depuis plus de vingt ans, a demandé le divorce, selon des proches de la famille.
Grace Mugabe et son mari, Robert Mugabe, alors président du Zimbabwe le 27 février 2016.

Elle était son ancienne secrétaire avant de devenir en 1996, l’épouse de l’ancien président de la République du Zimbabwe. Ancienne Première dame du pays pendant plus de 20 ans, Grace Mugabe aurait demandé le divorce.

Alors qu’il vient de présenter sa démission à la présidence du Zimbabwe, Robert Mugabe voit désormais son couple partir en éclats. Selon une source proche de la famille et rapportée par la presse zimbabwéenne, celle que l’on surnomme « Gucci Grace » ou encore « la reine du shopping » aurait décidé de quitter son mari. « Elle a été très bouleversée après que son mari a abandonné le pouvoir à son vice-président évincé », a précisé la source. Selon plusieurs médias locaux, celle « qui a toujours rêvé d’être au sommet du pouvoir » refuserait de supporter davantage « l’humiliation » subie par la perte de pouvoir de son époux.

Le porte-parole de la magistrature, Lawrence Brown, a indiqué que les procédures de divorce étaient en cours. Ainsi, selon accord des deux parties, la séparation pourrait être officielle d’ici environ un mois.

Grace Mugabe est souvent décrite comme « la femme la plus détestée du Zimbabwe ».

Après 35 années de règne, celui qui à la mi-novembre était encore le plus vieux dirigeant de la planète, a capitulé sous la menace de la destitution suite au coup de force de son armée. Alors qu’il se voyait diriger le pays jusqu’à ses 100 ans, il a fini par céder sa place à Emmerson Mnangagwa, grand favori des élections générales de 2018.

À la tête de la puissante Ligue des femmes de la Zanu-PF, l’ex-Première dame de 52 ans connue pour ses goûts de luxe et ses excès de colère est considérée par certains comme celle qui aurait coulé son mari quand il était encore au pouvoir. Alors qu’on la soupçonne d’avoir profité du cancer de sa prédécesseure Sally Mugabe pour hériter du poste de First lady, « Disgrâce » (de son énième surnom), était encore présentée en février dernier comme faisant partie des favorites à la succession de son mari, avec l’actuel président Emmerson Mnangagwa.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations