Il rêve de poser les pieds sur la lune. E.T. et compagnie le fascinent au point de le rendre zinzin. Mais attention, Ishraj Inderjeet a bien la tête sur les épaules et les pieds sur terre. Rencontre du troisième type…
Ishraj Inderjeet

À 24 ans, Ishraj Inderjeet était le seul Mauricien en Australie à obtenir une bourse d’étude à l’International Space University d’Adélaïde.

Deux ans plus tard, l’ingénieur aérospatial traîne derrière lui un solide bagage professionnel.

Originaire de Triolet, Ishraj Inderjeet découvre sa passion pour l’ingénierie la première fois qu’il prend l’avion. Il avait alors cinq ans. Il raconte:

Ti premier fois mo p voyage par avion. Pou rassure mwa, hôtesse la ti donne mwa bann Legos. Mo ti p assembler zot ek réfléchi en même temps. Mo ti comprend ki tou bann pièces la bizin dans zot place pou structure la pas effondrer. Ca em kin donne mwa envi construire, assembler ek rode solution à bann problem.

Ishraj Inderjeet

Passionné et curieux, Ishraj passera toute sa scolarité le nez dans ses bouquins et la tête dans les étoiles. En 2010, après les examens, il met le cap, avec sa famille, pour la toute première fois sur l’Australie. Voyager est pour les Inderjeet un rituel annuel.

En Australie, un ancien élève de son père l’encouragera à envoyer sa candidature dans l’université où lui-même venait de faire ses études. Conseil qu’il suivra. Quelques semaines plus tard, Ishraj apprend que sa candidature a été retenue.

Mo parents in faire boukou sacrifices pou l'éducation zot trois zenfants. Ti donc mo devoir pou faire mo best.

Ainsi, durant ses études, le jeune homme met les bouchées doubles et décroche plusieurs bourses qui lui rapprocheront le plus près des étoiles. Il participe à plusieurs événements et activités qui ont tous un thème commun : l’espace. Le jeune ambitieux y côtoiera des ingénieurs et scientifiques de renom qui travaillent pour de grandes agences spatiales.

Ishraj Inderjeet a participé à l’élaboration et à l’assemblement d’un ballon stratosphérique équipé d’un CubeSat (un format de nano satellite).

Sa passion et son acharnement lui vaudront le sir Ross and sir Keith Smith Fund, début 2016, à l’université internationale de l’espace d’Adélaïde, en Australie. Il y suivra également le programme d’étude spatiale de l’Hémisphère sud. Et comme le domaine semble bien lui réussir, il aura la chance de participer à l’élaboration et à l’assemblement d’un ballon stratosphérique équipé d’un CubeSat (un format de nano satellite). Astronautes et ingénieurs de la NASA, de la China National Space Administration (CNSA) et de l’European Space Agency (ESA) travaillent aussi sur ce projet.

L’Australie vient récemment d’ouvrir la porte vers l’espace à l’Hémisphère sud. Une meilleure connaissance et compréhension du domaine feraient encore plus d’amoureux et offriraient davantage de perspectives d’avenir. Lui en est convaincu…

YOUR REACTION?

Facebook Conversations