Ils sont nombreux à se demander pourquoi un père a accepté que sa fille contracte le “nikah” à l’âge de 13 ans. L’habitant de Pailles se justifie et demande qu’on arrête de le blâmer.
Noor Ramjaun et sa fille Ruwaidah.

Nous avons voulu lui faire plaisir parce qu’elle s’était amourachée de Farhaan.

C'est ce que nous explique Noor Ramjaun, le père de Ruwaidah qui s’est mariée religieusement à l’âge de 13 ans et qui, enceinte de trois mois, est décédée mercredi d’une crise d’épilepsie et d’asthme. L’habitant de Pailles fait ressortir qu’elle a connu le jeune homme de 19 ans sur Facebook et que personne n’était au courant de cette histoire.

Nous trouve li boukou lor portable, ti p douter mais guetter ki Facebook in faire. Si pas ti ena ca Facebook la, zenfant la pas ti pou gaté…

Cette affaire a ému de nombreux Mauriciens. Les questions fusent de tous les côtés et plusieurs personnes blâment le père de l’ado en s’interrogeant sur les raisons pour lesquelles il a accédé aux désirs de sa fille de contracter le nikah à 13 ans.

Quel parent n’aimerait pas que son enfant fasse des études, décroche un bon travail et se marie à un âge raisonnable ? Ce serait bien que les gens arrêtent de nous blâmer.

Le père souligne que sa fille lui a fait un chantage émotionnel.

Je suis sûr que vous vous souvenez de cette fugue qu’elle avait faite en janvier de cette année. Le lendemain, quand elle est retournée au bercail, elle était accompagnée de ce garçon de 19 ans. Il est venu avec ses parents pour me ramener ma fille. Pendant que les discussions s’entamaient sur cette relation, nous avons demandé que les fiançailles aient lieu en premier mais le couple s’est opposé à cette idée et nous a surpris en nous disant qu’ils voulaient se marier sinon elle se suiciderait.Qu’est-ce qu’un père aurait dû faire sur le moment ? Laisser sa fille se suicider ?

Noor Ramjaun confie qu’il est un père aimant qui n’a jamais rien refusé à sa fille.

En apprenant la mort de ma fille, c’est comme si mon monde s’est écroulé. Je savais qu’elle avait des crises épileptiques et qu’elle était asthmatique mais à aucun moment je ne pensais qu’elle allait décéder dans des circonstances pareilles.

Pourquoi avoir demandé une autopsie ?

Ma fille ne semblait pas heureuse depuis qu’elle vivait sous le toit de son époux. Ma nièce a des preuves sur son portable qu’elle se faisait battre par son mari. Une première fois, elle est retournée à la maison en mars. Nous lui avons conseillé de ne pas repartir mais son mari a fini par la convaincre de retourner. La dernière fois que nous l’avons vue, c’était le jour de la célébration d’Eid.

Noor Ramjaun raconte qu’il a été stupéfait de la physionomie de Ruwaidah. Sa fille avait maigri et n’avait pas bonne mine.

Cela m’a chagriné car c’était une fille très gâtée dans la maison, elle ne faisait pas de ménage. Elle n’avait qu’à demander ce dont elle avait besoin, elle l’obtenait tout de suite. Mon fils et elle ne pouvaient se chamailler, que sa mère et moi la défendions.

La soeur aînée : «Elle se faisait battre»

Elles étaient complices, soeurs et meilleures amies. La soeur aînée de Ruwaidah nous raconte :

Notre relation a pris un coup après son mariage car elle n’était plus en contact permanent comme auparavant. Nous échangions nos petits secrets très souvent. Elle ne m’a jamais parlé de cette relation amoureuse entre elle et Farhaan. C’est en janvier qu’elle a confié à ses parents qu’elle voulait se marier.

C’est à travers ses messages qu’elle apprend que sa soeur était victime de violence conjugale.

Li ti p gagne batter. Mo ena so bann messages. Mo léker gros kan mo penser mo pou népli ré tann mo soeur.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts