Maurice est dans la tourmente. Elle paye aujourd’hui des années de laxisme, de compromissions et de manque de courage face au problème du communautarisme.

Un illuminé intégriste, financé pour partie par l’Arabie saoudite et pour l’autre par de gros commerçants musulmans, fait régner une véritable terreur à Maurice.

Ca fait des années que l’on sentait monter l’intégrisme musulman. Le problème, c’est qu’à Maurice, tout est organisé en fonction des communautés. Avec un équilibre très précaire. 

Jusqu’à il y a peu par exemple, les candidats aux élections devaient déclarer leur appartenance communautaire.

Autre exemple : aux élections législatives, le best loser system prévoit qu’aux 62 sièges de députés élus s’ajoutent 8 sièges pourvus en fonction de l’appartenance ethnique, sur la base des quatre communautés définies par la Constitution : les hindous, les musulmans, les Chinois et la "population générale" (essentiellement les Blancs et les créoles). Ainsi, un candidat battu dans sa circonscription peut malgré tout être élu député grâce à ce système…

Et c’est au nom de cet équilibre que l’on fermait les yeux sur certaines dérives. Mais, à force de tirer sur la corde, elle est sur le point de se rompre.

Samedi, plusieurs centaines d’intégristes musulmans, armés pour certains, sont venus défier les partisans de la Marche des Libertés, la gay pride mauricienne. Des menaces de mort et les pires insultes leur ont été lancées, la moins pire comparant les homosexuels à des animaux. A tel point que la police a préféré annuler la manifestation, au motif que, si le défilé était maintenu, il y aurait un massacre…

Les intégristes ont pris cette reculade des forces de l’ordre pour une victoire. Et depuis, plus rien ne les arrête. Ils ont depuis envoyé des mails au président de la République, au Premier ministre, aux patrons des principaux groupes de presse, les menaçant. Je les cite :

Maurice va endurer de la douleur et de la souffrance dans les prochains jours.

Puis, dans un autre mail envoyé aux responsables du groupe de presse La Sentinelle, ils se sont fait plus précis, n’hésitant pas à menacer de s’en prendre aux centres commerciaux, aux hôtels, au public et à tous les fonctionnaires, à Maurice ou à l'étranger. Tout en désignant une cible plus spécifiquement : le Caudan. Avec une ultime menace :

L’ile Maurice va être anéantie.

Le moindre attentat contre un hôtel ou un centre commercial serait une catastrophe pour l’industrie hôtelière mauricienne, et de façon plus générale pour toute l’économie de Maurice.

Le gouvernement ne peut plus rester sans réagir. Mais la vraie question est : n’est-il pas trop tard ?

Pierrot Dupuy

YOUR REACTION?

Facebook Conversations