Dix jours après l'éclatement de l'affaire Platinum Card, la présidente de la République aurait accepté le principe de quitter le Réduit. Et ce sera chose faite ce vendredi matin 9 mars. Du moins, à hier, c’est l’information qui circulait. Entre les multiples revirements survenus en une journée, tout est encore possible...
Ameenah Gurib-Fakim

Ameenah Gurib-Fakim a passé une longue nuit de réflexion. Et ce matin, elle a dû prendre la décision ultime : celle de quitter la présidence dans le sillage de l’affaire Platinum Card. Elle devrait soumettre sa démission à la Speaker, Maya Hanoomanjee, comme le stipule l’article 28 de la Constitution. Du moins, ce sont les informations qui transpiraient sur cette saga jusqu’à fort tard dans la soirée. Cependant, toute précaution est bonne à prendre sur cette affirmation. D’autant que depuis hier, en début de matinée, rien ne laissait présager un tel revirement de situation.

Retour sur cette folle journée au cours de laquelle, l’on affirmait tantôt que la présidente elle-même a opposé un “non” ferme à toute proposition de départ et tantôt, que, finalement, elle s’est ravisée…

17 heures : Coup d’éclat. Le Conseil des ministres réuni spécialement décide de destituer Ameenah Gurib-Fakim si elle ne part pas de son plein gré. Plus tôt dans la journée, elle a rencontré sir Anerood Jugnauth à la State House. Ce dernier aurait eu pour mission de la persuader de démissionner. La rencontre, dit-on, n’a pas duré. D’emblée, elle a fait comprendre au ministre mentor qu’elle camperait sur sa décision.

Après 18 heures : Cette fois, c’est une rencontre avec le Premier ministre qui aurait tout changé. Pravind Jugnauth, dit-on, aurait convaincu la présidente de partir.

20 heures : L’information non confirmée se fait de plus en plus persistante : Ameenah Gurib-Fakim s’apprête à démissionner. Mais où se trouve-t-elle ?

21 heures : Elle fait ses cartons au Réduit, indiquent des sources. Est-ce véritablement le cas ? On nous laisse entendre :

La lumière partout. Endans bien allumé… pas habitié ca !

22 heures : Où est Ameenah Gurib-Fakim ? Des journalistes qui se sont rendus à sa résidence tomberont sur une automobiliste qui affirmera s’être trompée de chemin en cherchant une boulangerie. Vérification faite : il n’en est rien. Il s’agissait bien d’une connaissance de la présidente. Qui va même jusqu’à revenir dire aux journalistes présents qu’elle n’a pas trouvé le pain tranché qu’elle cherchait à la boulangerie du coin !

22 h 30 : Ameenah Gurib-Fakim publie un post Facebook et déclare :

I have never made any statement to radio plus to the following effect… ‘I will not resign. Let them set up their court. I’ll see later if I’m guilty.’

La page Facebook de la présidence publiera la même information.

I HAVE NEVER MADE ANY STATEMENT TO RADIO PLUS TO THE FOLLOWING EFFECT...«Je ne démissionnerai pas. Laissons-les instituer leur tribunal. Je verrai par la suite si je suis coupable».

Posted by Ameenah Gurib-Fakim on Thursday, March 8, 2018

Peu après, la réplique du côté du Défi Media Group (à travers Nawaz Noorbux) n’a pas tardé :

Voici le message qu’AGF avait envoyé à un journaliste du Défi Media Group cet après-midi. Peut-elle le nier ? ‘I am Not resigning !! Let them set up a tribunal and then we will see if I am guilty…

23 h 15 : Chez Ameenah Gurib-Fakim, l’on éteint les lumières tandis qu’une voiture quitte hâtivement la propriété…

YOUR REACTION?

Facebook Conversations