Ses explications n’ont pas convaincu la magistrate Niroshni Ramsoondar. Rosan Bundhun a été reconnu coupable de viol, d’agression et d’agression aggravante en cour intermédiaire hier, vendredi 6 juillet. Il connaîtra sa sentence le 18 septembre.
La victime.

L’affaire remonte à février 2011. Une dispute a éclaté entre l’accusé et la victime qui vivaient en concubinage. La victime avait déclaré, dans sa version des faits aux autorités :

Il a commencé à consommer de l’alcool et m’a giflée avant de me violer. Je peux dire que c’est une relation sexuelle non consentante.

L’accusé a même appelé les proches de la victime, en soutenant qu’elle s’est fait kidnapper.

Il m’a menacée afin que je ne dévoile rien. Je suis rentrée chez moi avec un visage enflé et j’ai par la suite été admise à l’hôpital.

Le rapport produit en cour a révélé qu’elle a eu la mâchoire fracturée. Il y a une période d’accalmie, jusqu’au 4 avril 2011.

Il m’a attachée à une chaise. Puis il m’a torturée à l’aide d’un couteau et d’une bougie et m’a brûlée avec sa cigarette sur certaines parties du corps. Le comble, il m’a même mis deux briques sur la tête et m’a violée.

Une autre fois, l’accusé lui a aussi donné des coups. La victime s’est d’abord tue car, dit-elle, l’accusé avait menacé de faire du tort à son fils. Mais elle a finalement porté plainte.

Rosan Bundhun a, quant à lui, nié les allégations de viol avec brutalité. Il a avancé en cour, que sa concubine avait fait ces allégations car il ne lui donnait plus d’argent. Toutefois, la cour n’a pas trouvé plausible sa version.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts