“Nous sommes ses parents et nous n’avons jamais giflé notre enfant. Comment quelqu’un, que nous payons pour la surveiller, peut le faire ? C’est révoltant”, lâche une habitante de Rose-Belle. Pour cause, sa fille âgée de trois ans a raconté qu’elle a été giflée par une surveillante dans une garderie.

Remontés, les parents ont saisi la CDU et ont porté plainte à la police la semaine dernière. Ils souhaitent à tout prix que des sanctions soient prises contre la garderie et l’assistante en question. Sollicitée, la directrice de l’établissement rejette les accusations.

L’incident s’est produit la semaine dernière. Alors qu’elle est allée récupérer son enfant à la garderie qui se trouve à quelques pas de chez eux, la quadragénaire s’est rendu compte que la petite a triste mine. Elle lui a posé des questions et l’enfant lui a confié, tout en montrant son visage :

Miss in batte mwa la.

Et sa mère d’indiquer :

Elle avait effectivement la joue enflée et avait même une marque.

Furieuse, la quadragénaire est retournée à la garderie et a demandé à parler à la directrice. Cette dernière aurait appelé l’assistante.

Lorsqu’elle est arrivée, ma fille s’est cachée derrière moi et elle était effrayée. La surveillante a maintenu qu’elle n’a pas giflé ma fille et qu’elle l’a simplement réprimandée.

Pourtant, en rentrant à la maison, l’enfant aurait continué à pleurer. Ne sachant plus quoi faire, les parents ont appelé à nouveau la directrice mais cette dernière leur aurait renvoyé la balle.

Elle nous a dit que c’est peut-être nous qui avons battu notre enfant, que nous blâmons la garderie et qu’elle alertera la CDU.

Une discussion entre les deux parties s’en est suivie et la directrice aurait fini par déclarer :

Enn calotte pas faire nanyen ca, pas faire mort.

Selon les parents, depuis l’incident, la fillette ne veut plus aller à l’école et ne cesse de faire des cauchemars la nuit.

Pour sa part, la directrice avance que les parents de la fillette lui ont fait du chantage.

C’est complètement faux. Ils veulent que je leur rembourse l’avance qu’ils ont payée et ils arrêteront tout par la suite. Pensez-vous que si c’est vrai que l’enfant a été agressée comme ils disent, ils arrêteraient les procédures pour de l’argent ?

Toutefois les parents affirment que quoiqu’ils aient demandé à la directrice de les rembourser, ils sont déterminés à aller jusqu’au bout de leur bataille. Ils expliquent qu’après s’être renseignés auprès des autres parents, ils sont tombés des nues.

Nous avons appris que ces cas sont récurrents dans cette garderie. Mais c’est inadmissible que des parents paient une garderie pour veiller sur leurs enfants et que les petits reviennent à la maison traumatisés.

Mise au point : Une erreur s'est malencontreusement glissée dans l'article ci-dessous en ce qui concerne la photo utilisée initialement. Celle-ci a été corrigée. Nous vous prions d'accepter nos excuses pour le désagrément.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts