Shakti Ramsurrun, reconnu coupable du meurtre prémédité de ses beaux-parents, Claude Lévesque et Louise Leboeuf, et du meurtre non prémédité de son ancienne conjointe, Anne-Katherine Powers, devra purger une peine de 25 ans de prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.
Shakti Ramsurrun

Le tribunal a ainsi acquiescé à la demande de la défense de ne pas imposer à Shakti Ramsurrun, 34 ans, des peines purgées de manière consécutive, c'est-à-dire en s'additionnant. Il aurait ainsi eu à purger 40 ans de prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.

Une des victimes, Anne-Katherine Powers, en présence de l’accusé, Shakti Ramsurrun.

Anne-Marie Lévesque, la fille de Claude Lévesque, n'est pas satisfaite de la sentence.

Évidemment, ce n'est pas la décision qu'on souhaitait. Est-ce que je suis surprise? Pas nécessairement, mais d'un autre côté, c'est la prison pour la vie, qu'on parle de 25 ans ou de 40 ans, il est en prison pour la vie.

La Couronne a 30 jours pour décider si elle va faire appel, une option qu'elle envisage. Cette possibilité déchire Mme Lévesque.

Oui, je le souhaite, parce que je pense que c'est ce qui est justifié et mérité dans ce cas-ci de par la gravité et la violence des actions commises. D'un autre côté, personnellement, pour ma famille et moi-même, j'aimerais passer à autre chose, j'aimerais passer à une prochaine étape. On a attendu cinq ans et demi pour en arriver à un procès et à une sentence.

La défense soulagée

De son côté, l'avocat de la défense, Me Richard Dubé, s'est dit soulagé de la décision du tribunal.

C'est l'équivalent d'une peine de mort, parce qu'il n'y a plus d'espoir quand on dit qu'on va purger 40 ans de prison. Au Canada, ce n'est pas quelque chose qui me semble acceptable.

Dans sa décision, le tribunal dit avoir tenu compte de plusieurs facteurs aggravants et atténuants.

Facteurs aggravants :

  • nature du crime;
  • le prévenu s'est acharné sur la victime;
  • le prévenu s'en est pris à sa conjointe;
  • le prévenu a menti aux policiers;
  • après le meurtre, le prévenu s'est approprié les biens de la victime.

Facteurs atténuants :

  • absence d'antécédents judiciaires;
  • volonté du prévenu de se prendre en main;
  • manifestation de certains remords.

Le 6 décembre, les avocats de la Couronne et de la défense ont présenté leurs arguments sur l'addition des peines exigées par la Couronne.

Une condamnation pour meurtre prémédité est assortie d'une peine automatique de 25 ans de prison ferme sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. Shakti Ramsurrun a également écopé d'une peine de 10 ans de prison pour le meurtre non prémédité de son ex-conjointe.

L'imposition de peines consécutives est permise, à la suite de modifications apportées au Code criminel en 2011. Cette disposition est toutefois contestée “quant à sa constitutionnalité”, selon Me Dubé, et rarement appliquée.

Elle est démesurée et trop sévère, et elle ne respecte pas la dignité humaine, ce sont les arguments de fond.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations