L'éventuelle démission de la présidente de la République ouvrira-t-elle la voie à des tractations entre le MSM et le MMM ?
Pravind Jugnauth et Paul Bérenger.

Pour Ajay Gunness, le secrétaire général du MMM, ce qui se passe actuellement entre le MSM et le ML ne concerne pas son parti.

Même si sir Anerood Jugnauth a dit dans une interview que tout est possible en politique, et qu’une alliance MSM-MMM pourrait être une option à l’avenir, le MMM se prépare à affronter seul les prochaines élections générales. Nous sommes en train de consolider notre parti.

Aujourd’hui, poursuit-il, tout le monde réalise où le ML a entraîné ce pays. Il a aussi dénoncé le double jeu d’Ivan Collendavelloo.

Lorsqu’il est avec Pravind Jugnauth, Ivan Collendavelloo parle un langage et lorsqu’il est avec la présidente, il tient un autre langage. Sa présence à la State House mercredi, lors du lancement du livre de la présidente, est choquante. Ivan Collendavelloo doit démissionner du gouvernement car la chef de l'État est un proche du ML.

Du côté du MSM, on s’étonne de la déclaration de SAJ selon laquelle une alliance MSM-MMM est possible à l’avenir. Selon un député en vue du MSM, si Ivan Collendavelloo démissionne du gouvernement, très peu de députés du ML vont le suivre. Ce qui fait que le MSM sera dans une meilleure position pour négocier une alliance. Il ne voit pas d’un bon oeil le timing de la démission de la présidente.

Elle aurait dû démissionner maintenant et laisser le vice-président de la République assister aux cérémonies officielles marquant le 50e anniversaire de l’Indépendance.

Un autre membre du MSM souligne que Pravind Jugnauth a pris un gros risque en permettant à la locataire de la State House d’être présente pour la célébration officielle de la fête du 12 mars.

Que se passera-t-il si la présidente se fait huer par la population lors de cette célébration ? Cela sera mal vu sur le plan international, car le président indien, Ram Nath Kovind, assistera à cette cérémonie et les journaux internationaux parlent déjà de l’affaire Gurib-Fakim. La presse internationale fera certainement écho de l’événement si elle se fait huer.

Il rappelle que dans le passé SAJ s’était fait huer lors de la cérémonie de prestation de serment du nouveau gouvernement de 2005, à la place d’Armes, en présence du public.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations