Vinod Ramkoosalsing est consultant en psychiatrie à la Clinique du Nord. Il affirme que le taux zéro d’alcool dans le sang est pratiquement impossible.

Dans chaque corps humain, un faible taux d’alcool est présent, soit 0,003 et 0,005 milligrammes par 100 millilitres de sang. L’alcool est produit dans l’intestin à travers des bactéries et aussi le carbohydrate.

Certains sirops contre la toux, surtout ceux recommandés contre les flegmes, contiennent un taux d’alcool. La dose dépend du type de médicament.

Selon le psychiatre, telle que la législation existe, avec la consommation de deux canettes de bière ou deux topettes de whisky, un individu pourrait se retrouver avec un taux d’alcool supérieur à 23 milligrammes par 100 milligrammes de sang. Ce qui constitue un délit.

Auparavant, la tolérance était de 80 milligrammes par 100 millilitres de sang, comme c’était le cas en Angleterre.

Vinod Ramkoosalsing avance que quelqu’un peut consommer de l’alcool et se retrouver avec jusqu’à 130 milligrammes dans 100 millilitres de sang au cours d’une soirée. Il part se coucher vers 23 heures et le lendemain, après un sommeil d’une durée de 8 heures, soit à 7 heures, il a récupéré tous ses réflexes. Il peut prendre le volant sans aucun danger. Or, huit heures après son dernier verre, environ 120 milligrammes d’alcool ont été dilués (à raison de 15 milligrammes chaque heure). Il se retrouve malgré tout avec 10 milligrammes d’alcool dans le sang, ce qui est punissable si le taux d’alcool au volant passe à zéro.

Le psychiatre estime que le gouvernement est mal inspiré d’introduire cette mesure de zéro tolérance. D’autant que l’alcool n’est pas le principal facteur des accidents de la route.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts