Des rebondissements, il y en a eu plusieurs au cours des derniers jours. Mais la manifestation organisée par le Collectif Arc-en-Ciel a été un franc succès, malgré la présence de manifestants homophobes.

Le rendez-vous est fixé à 11 heures. Il est 10 heures seulement et la foule commence à envahir l’esplanade du Caudan. Tous planent sur un petit nuage après la victoire du Collectif Arc-en-Ciel (CAEC). Après des tractations avec la police, le CAEC a obtenu la permission d’aller de l’avant avec la 13e Marche des fiertés. Pauline Verner, consultante pour le CAEC et qui dit avoir reçu 126 menaces de mort en une nuit, devait déclarer :

C’est une victoire qui va au-delà des droits des LGBT. C’est une victoire pour la liberté dans son ensemble.

À 11 heures, 250 personnes scandent en coeur :

Toujours mo p la !

Tous ne sont pas de la communauté LGBT. Certains sont là pour apporter leur soutien, pour défendre la liberté d’expression et les droits humains. Nalini Burns et Adi Teelock nous expliquent :

Nous avons tenu à faire le déplacement car il est inconcevable qu’en 2018, il a fallu tergiverser pendant pratiquement une semaine pour savoir si l’événement aurait lieu ou non.

Comme elles, plusieurs parents et proches et se joignent au groupe, montrant fièrement leurs badges et pancartes prônant des messages d’amour. Les participants s’apprêtent à défiler. Il est 12 h 30. Bémol. Face à l’hostilité des manifestants anti-LGBT – qui se sont réunis à la Place d’Armes, les organisateurs décident, pour éviter toute confrontation, de rester au même endroit. L’annonce est faite par Muriel Yvon, membre du CAEC, d’une voix tremblante.

Un bref silence se fait entendre… Serait-ce un signe de capitulation ? Soudain, les premières notes de “Simé la limière”, de Kaya, s’élèvent dans le ciel bleu. L’espoir, la bonne humeur, la gaieté reprennent étonnamment vite le dessus.

B nous faire fête la la em.

L’idée fait son chemin et l’esplanade se transforme en piste de danse géante. Les drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel virevoltent. Non, les trouble-fête n’ont pas réussi à gâcher la fête.

Voir la vidéo :

YOUR REACTION?

Facebook Conversations