De plus en plus de photos sont publiées sur le Net de nos jours, sans que l’accord des personnes qui y figurent soit nécessairement recueilli au préalable. Si certaines victimes arrivent à mettre un trait sur cette histoire, en revanche, pour d’autres, leur vie est à jamais brisée.

YOUR REACTION?

Tel est le cas pour Aneesha*. Cette mère de famille, âgée de 32 ans et qui réside à Flacq, lutte depuis des années pour que ses sex-tapes et ses photos soient enlevées des sites prisés par les amateurs du genre, mais en vain.

Tout a commencé quand Aneesha, qui a étudié jusqu’en Form 5, fréquqentait un groupe de jeunes de son âge. Vu que ses parents étaient séparés, la jeune fille jouissait d’une large liberté.

D’ailleurs, à l’âge de 15 ans, elle fréquentait déjà les discothèques et elle était adepte de virées nocturnes. Aneesha raconte :

Je n’avais personne pour me guider dans la vie et j’ai fait à cette époque n’importe quoi. J’ai couché à droite à gauche et je suis devenue alcoolique à 18 ans. Monn aussi fume gandia.

Elle devient mère à l’âge de 17 ans et laisse son bébé avec sa grand-mère. Entre-temps, Aneesha enchaîne les petits boulots le matin et le soir venu, elle se transforme en oiseau de nuit.

Mes amis et moi, on se réunissait sur la plage Grand-Baie ou Flic-en-Flac pour faire la fête. Les vendredis et les samedis, on fréquentait les boîtes de nuit. Les dimanches, on allait à la plage et parfois on passait les week-ends dans des campements. Hélas, quand j’étais ivre, je me livrais à tous les excès et souvent sans même m’en rendre compte.

Puis en 2009, Aneesha, alors âgée de 21 ans, apprend par des proches qu’il y avait une sex-tape d’elle qui circulait sur le Net.

Mo bann cousins in mari amerdé ar mwa. Zonn insulté mwa. Zot dire mwa monn faire la honte lor famille. Mo bann famille ziska zordi pas fréquente mwa.

Aneesha décide de visionner la vidéo. Dans celle-ci, on peut voir la jeune fille soulever ses vêtements lorsque’elle est ivre pour faire des plaisanteries. Certaines scènes ont été tournées dans un campement à Flic-en-Flac où des garçons de sa bande profitent d’elle sexuellement. La vidéo regorgeait aussi d’insultes à son égard :

Ene mari pitin sa femme la ! Li content sousse kok !

Aneesha a eu le choc de sa vie. Elle est allée porter plainte à la police, mais rien n’a été fait.

Des années ont passé et Aneesha a refait sa vie. Elle a trois enfants, mais vit dans la crainte perpétuelle que ces derniers ne tombent par inadvertance sur la sex-tape.

* Prénom modifié

Facebook Conversations




Latest Posts