Cette scène de réfugiés fuyant leur pays et dérivant à bord d’embarcation de fortune atteint les îles Mascareignes. Six Sri Lankais ont été secourus au large de La Réunion le 21 mars. Ils demandent l’asile politique.
Les Sri Lankais ont été retrouvés à seulement une demi-heure d’avion de Maurice, le 21 mars.

Plus de dix jours depuis que six Sri Lankais ont trouvé refuge dans un ashram dans la ville du Port, à l'île soeur.

Le 21 mars, ils ont été secourus au large de La Réunion, à seulement une demi-heure d’avion de Maurice. Ils dérivaient à bord d’un radeau de fortune.

Dans un premier temps, ces étrangers étaient sous le coup d’une obligation de quitter le territoire. Hier, lundi 2 avril, le tribunal administratif a décidé un non-lieu.

Défendus par Me Ali Mihidoiri, spécialisé en droit des étrangers, les six rescapés plaident des persécutions dans leur pays d’origine. Ils demandent l’asile politique. Ils disposent de 20 jours pour compléter leur dossier.

La France, signataire de la convention de Genève de 1951 sur les réfugiés, a pris l’engagement de protéger les réfugiés et surtout ceux qui ne le sont pas encore, de les accueillir et d’instruire leu demande.

Cette convention interdit également de refouler un demandeur d’asile tant que sa demande n’est pas instruite. Dans le respect de ces engagements, ces six demandeurs d’asile sont accueillis et hébergés à La Réunion.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts