Voilà presque 15 ans depuis que Shirlène, originaire de Baie-du-Tombeau, s’est installée à Nice, en France. L’attentat à Nice, jeudi 29 octobre, a été un réel choc pour elle et sa fille, car elles auraient pu être parmi les victimes de ce drame qui a coûté la vie à trois personnes et blessé l’auteur des faits.

YOUR REACTION?

Shirlène.

Ce n’est pas la première fois que Shirlène évite la mort par de drôles de circonstances. Le jour de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, elle avait pris sommeil sur son canapé. Hier, c’est son rendez-vous chez le coiffeur qui lui a peut-être sauvé la vie.    

La Mauricienne souligne que ce drame en cette période de confinement ne rassure pas les parents pour la reprise des classes lundi, et les rassemblements pour la fête de la Toussaint, demain.

C’est la deuxième fois que cela nous arrive. Et cette fois, c’est ce rendez-vous chez le coiffeur à la dernière minute qui nous a sauvé. Ici c’est vraiment la crainte qui règne surtout avec la reprise des classes programmées pour lundi. Est-ce qu’il y aura assez de policiers pour assurer la sécurité de tout le monde ? En plus nous serons aussi en confinement et il faudra veiller à ce que tout le monde qui circule ait son attestation de passage. C’est vraiment stressant.

Facebook Conversations




Latest Posts