Elles sont là-bas depuis plus de 100 jours…

Ces cinq familles ont élu domicile au centre refuge de Bambous depuis février. Cela, après les grosses averses qui se sont abattues sur le pays à cette période. C’est le député Patrice Armance qui en a fait état lors de la conférence de presse hebdomadaire du PMSD, hier samedi 2 juin.

Cinq matelas et quelques éponges sont empilés à l’extrémité de la pièce principale. Sur une table, une jeune femme s’active à plier les vêtements, pour libérer un peu d’espace. Dans un autre coin, des bouteilles en plastique, des ustensiles et des sacs contenant du pain et de la nourriture, jonchent le sol.

Dehors, un garçon âgé de 12 ans s’amuse avec un ballon en papier qu’il a lui-même confectionné. Un bébé court, quant à lui, dans tous les sens, en agitant ses couettes. À force, les enfants s’y sentent comme chez eux… Ils y sont depuis le 17 février, après que leurs maisons ont été inondées.

Jean-Luc Maleco fait partie de ceux qui “habitent” dans ce centre de refuge. Sa femme et leur enfant, âgé de 2 ans, y sont également. La première fois qu’ils sont venus à Bambous, confie le trentenaire, c’était en janvier, lors du passage du cyclone Berguitta. Ils avaient pu regagner leur domicile par la suite.

Mais kan finn gagne lapli, nous lakaz finn inondé. Népli kav reste laba.

Depuis, tout le monde les a oubliés, déplore le jardinier.

Ene chance banla pann pousse nous, sinon pas koner kot ti pou aller…

Las de faire appel à la bonté des autorités, Jean-Luc Maleco n’entrevoit, pour l’instant, pas de solution. Chose que Patrice Armance trouve “choquante et aberrante”.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts