“Monn gagne kout baton dans derrière…” Une fille de 11 ans a porté plainte à la police de Rose-Belle, en présence de sa tante, lundi 4 juin.
La grand-mère (en médaillon) raconte que sa petite-fille jouait quand les policiers ont fait irruption à cité EDC, Camp-Diable.

Elle allègue avoir reçu des coups de matraque aux fesses lors d’une descente policière chez sa grand-mère, à cité EDC, Camp-Diable.

Les faits se sont produits dans l’après-midi. L’Anti-Robbery Squad a débarqué dans la localité à la recherche des auteurs de l’agression d’un policier, la veille. Une opération musclée qui a tourné à la confrontation avec des habitants du quartier.

La grand-mère de la petite raconte que cette dernière et ses quatre autres petits-enfants en bas âge jouaient quand les policiers ont fait irruption.

Nous avions prévu de fêter l’anniversaire de mon petit-fils.

Elle a accouru lorsqu’elle a entendu les enfants crier. Elle devait alors constater que des policiers avaient investi sa maison.

L’un d’eux ouvrait mon armoire, un autre avait empoigné mon mari.

 Elle est intervenue pour les empêcher d’embarquer son époux.

J’ai tenté d’expliquer qu’il n’avait rien à voir avec l’agression du policier la veille. Une policière m’a tirée par le collet…

Entre-temps, apeurés, les enfants se sont cachés sous la table.

Des policiers les ont tirés par le bras. Un policier a donné des coups de matraque à ma petite-fille de 11 ans. Elle a été blessée.

D’autant plus qu’elle soutient que les officiers n’avaient pas de mandat de perquisition. Étant donné que la fille se plaignait de douleurs, elle l’a emmenée à l’hôpital de Rose-Belle dans la soirée.

Elle est traumatisée. Mes petits-enfants sont sous le choc.

Du côté du Police Press Office, on explique que les officiers ont eu fort à faire dans le quartier. Et de souligner que la famille peut se tourner vers l’Independent Police Complaints Commission.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts