Rishi Seetaramdoo n’a pas survécu à ses blessures. Ce jeune homme de 25 ans, qui avait été victime d’un accident de la route le 2 juin, a rendu l’âme à l’hôpital du Nord, hier dimanche 10 juin. Son père, meurtri, raconte...
Rishi Seetaramdoo était âgé de 25 ans.

Bhim Seetaramdoo, le père de Rishi, nous raconte :

Il avait toute sa vie devant lui. Il n’a jamais touché à une goutte d’alcool, ni fumé une cigarette. Il était le fils que tout le monde souhaitait. Nous n’avons jamais eu de problèmes avec lui.

Rishi Seetaramdoo est mort hier suivant un accident de la route survenu samedi dernier à Calebasses. Bhim Seetaramdoo, un habitant des Salines, Port-Louis, a été la dernière personne à avoir vu son fils en vie.

Lorsqu’il est sorti de la salle des soins intensifs de l’hôpital où le jeune homme était admis, le médecin l’a appelé pour lui dire que son fils venait de rendre l’âme.

Le jour de l’accident, Rishi Seetaramdoo se rendait chez sa copine à Pamplemousses. Il était à moto lorsqu’une femme a traversé la route devant lui à la hauteur de la station d’essence d’Indian Oil. Il n’a pu l’éviter et il a été projeté au sol.

Il a eu le crâne et la colonne vertébrale fracturés et le poumon perforé. La piétonne, une octogénaire du Hochet, également blessée, est admise à l’hôpital de Rose-Belle.

Par la suite, vers 15 heures, lorsque Bhim Seetaramdoo a appelé son fils sur son téléphone portable, ce dernier n’a pas répondu.

J’ai essayé à plusieurs reprises. Finalement, c’est un médecin qui a répondu pour me dire que mon fils est à l’hôpital et qu’il ne peut pas me parler. Il m’a demandé de venir le plus vite possible.

En se rendant à l’hôpital, il a eu un choc. Rishi Seetaramdoo était dans le bloc de réanimation. Il a été transféré aux soins intensifs à sa sortie du bloc opératoire et a été branché à des appareils respiratoires.

Aux Salines hier, l’ambiance était lourde. Les Seetaramdoo pleuraient le jeune homme, décrit comme étant un jeune plein de vie. Il était employé comme merchandiser à l’usine RT Knits.

Son employeur m’a dit qu’il était l’un des meilleurs. Il s’apprêtait à faire son entrée à l’université pour des cours en Finance and Accounting. Il voulait se perfectionner.

Le jeune homme était aussi un passionné d’haltérophilie. Il était l’aîné d’une famille de trois enfants. Maria Seetaramdoo, sa mère, parle de son fils comme d’un enfant responsable et calme.

Même quand il était à l’école, il rentrait toujours à la maison après ses classes et pareil pour le travail. Il nous consultait toujours avant de prendre des décisions. C’était un bon vivant.

Bhim Seetaramdoo est triste et révolté à la fois. Il ne comprend pas pourquoi les autorités ne prennent pas au sérieux les plaintes des habitants de Calebasses.

Des maisons se trouvent des deux côtés de l’autoroute et les habitants traversent la route quand ils veulent. Des plaintes ont été faites à plusieurs reprises, mais les autorités ne font rien. Il y a peu de temps, une Rwandaise a été victime d’un accident et elle a perdu la vie. Aujourd’hui, j’ai perdu mon fils.

Ses funérailles sont prévues ce lundi.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts