Le bilan de l’accident maritime s’alourdit. Un troisième corps a été repêché au large de Grand-Gaube il y a quelques instants.

YOUR REACTION?

La barge.

Elle est toujours en mer, au large de Poudre-D’or. La barge qui est entrée en collision, hier soir, lundi 31 août, a semble-t-il été abandonnée à son triste sort, pour le moment, en ce mardi 1er septembre et n’a pas encore été “sécurisée”.

L’équipage du remorqueur, lui, était composé de huit personnes. Pour l’heure, quatre personnes ont été secourues. Trois décès sont à déplorer.

Par ailleurs, selon le Premier ministre Pravind Jugnauth, il n’y a aucun risque de fuite d’huile suite à cet accident :

Il y avait bien un peu d’huile à bord du remorqueur mais il n’y a aucun risque de fuite.

Le PM a également présenté ses condoléances aux familles endeuillées, après qu’il a rendu visite aux rescapés. 

Le sir Gaëtan était-il en mesure de remorquer la barge ? Oui, selon le chef du gouvernement et le Chairman de la MPA, Ramalingum Maistry.

Quid des conditions climatiques qui prévalaient hier soir ?

Parfois nous bizin écoute l’avis bann experts (…) Nous pas réaliser kan dire la mer pas bon (…) hauteur bann vagues…

Le Premier ministre a par ailleurs souligné qu’une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur cette tragédie ayant coûté la vie à trois personnes jusqu’ici. Alors que les recherches se poursuivent pour retrouver le dernier disparu, à Poudre-D’Or ,Roches-Noires et dans la région.

De son côté, Louis Gervais Barbeau, Port Master, a annoncé qu’il réfléchit à une éventuelle démission. Il réagissait suite à un post Facebook de Bruneau Laurette qui réclame sa démission, justement, ainsi que celle du Director of Shipping, Alain Donat. 

Selon Bruneau Laurette, expert en sécurité maritime, notamment, il est inconcevable qu’on ait pu laisser “le godet d’une barge rouillée”, qui se trouve à l’avant de l’ancien L’Ami Constant, quitter le port dans de telles conditions pour transporter des produits pétroliers. Selon Bruneau Laurette, L’Ami Constant – la barge donc -  n’était plus utilisée depuis 2012, après avoir était en service depuis 40 ans. 

Il affirme que cette barge à coque simple ne répondait plus aux critères mises en place par MARPOL et autres conventions de l’International Maritime Organisation (IMO) dont Maurice est signataire, pour le transport en toute sécurité des produits pétroliers. 

Selon lui, après le decommissioning, la barge a été ‘coupée’ en deux. La partie avant a été depuis utilisée comme un ponton flottant.

Ce n’est pas normal qu’une barge qui se fait remorquer puisse entrer en collision avec un remorqueur, en cours de route. Ceux qui ont ordonné cette opération doivent rendre des comptes.

Facebook Conversations




Latest Posts