L’ancienne présidente a poursuivi son déballage devant la commission Caunhye hier, mardi 21 août. Elle a apporté un démenti aux propos de Pravind Jugnauth sur les circonstances ayant mené à sa démission.

YOUR REACTION?

Ameenah Gurib-Fakim

Présidente in dire mwa ki li pu démissioner de so fonction ek nous finn tombe d'accord lor ene date.

C'est ce qu'annonçait le Premier ministre durant un point de presse spéciale le 9 mars. Pourtant, lors de son audition hier devant la commission d’enquête Caunhye, Ameenah Gurib-Fakim affirme n’avoir jamais tenu de tels propos. Mais ce ne sont pas les seuls éléments qui ne corroborent pas avec les déclarations de Pravind Jugnauth ce jour-là.

Pravind Jugnauth a menti…

C’est, en substance, ce qu’a laissé entendre Ameenah Gurib-Fakim, hier. Pravind Jugnauth avance avoir rencontré Ameenah Gurib-Fakim à la State House à la demande de l’ex-présidente. Ameenah Gurib-Fakim, elle, ne mentionne pas cette rencontre. Elle a ajouté devant la commission d’enquête Caunhye :

I said I have done nothing wrong and I am not prepared to give any date because my priority is to clear my name first.

Elle a été appelée à faire part de la chronologie des évènements depuis l’éclatement de l’affaire Platinum Card à sa démission. L'ex-locataire de la State House soutient que lors d’une réunion avec le Premier ministre le 9 mars, elle a refusé de lui donner une date pour son départ même sous pression de sa part. Pravind Jugnauth a même suggéré la date du 15 mars.

D’ailleurs, devant la presse, le même jour, il a soutenu que cette dernière lui a annoncé sa démission mais qu’il n’en divulguera pas la date. Une déclaration qu’Ameenah Gurib-Fakim ne niera pas, à ce moment. Sa seule réaction a été deux tweets sur Twitter.

D’autres éléments ne corroborent pas. Lors de sa conférence de presse, Pravind Jugnauth a indiqué avoir rencontré Ameenah Gurib-Fakim à sa demande le 8 mars. Cette dernière a expliqué, elle, que ce jour- là, Pravind Jugnauth ne s’est pas présenté à la réunion hebdomadaire entre le bureau du Premier ministre et la présidence.

The Prime minister did not come without informing or explaining why…

Par contre, dans l’après-midi du 8 mars, c’est sir Anerood Jugnauth, dit l’ex-présidente, qui se serait présenté à la State House. La raison ? Selon elle, il lui a expliqué que le Cabinet avait unanimement voté pour qu’elle soit destituée et qu’il lui a conseillé de démissionner d’elle-même. Le même ministre mentor qui, une semaine auparavant, avait affirmé devant la presse qu’Ameenah Gurib-Fakim avait remboursé les fonds au PEI et n’avait rien à se reprocher.

Lors de son audition, Ameenah Gurib-Fakim a aussi fait ressortir qu’elle a fourni toutes les preuves au gouvernement du remboursement de la somme utilisée sur la Platinum Card. Elle soutient qu’Ivan Collendavelloo, Premier ministre adjoint, lui a demandé, le 5 mars, de fournir les relevés bancaires prouvant qu’elle a bel et bien remboursé le PEI. Ce qu’elle a fait le 6 mars. Mais les preuves n’ont pas convaincu le gouvernement qui a maintenu qu’Ameenah Gurib-Fakim devait démissionner.

Source: L'Express

Facebook Conversations




Latest Posts