Le conseil d’administration de la MBC a pris note de l’enquête initiée par l’ICAC à la suite de lettres de dénonciation contre le directeur général par intérim (p.i), Anooj Ramsurrun, et d’autres cadres de la station de radiotélévision nationale. C’est ce qu’a indiqué Valérie Lassémillante, la responsable du département Customer Care de la MBC.

YOUR REACTION?

Anooj Ramsurrun.

Selon la porte-parole de la MBC, le board a pris connaissance de l’enquête préliminaire en cours et c’est à la lumière de ses conclusions qu’une décision sera prise. Pour le moment, l’ancien voleur de whisky Anooj Ramsurrun reste donc en poste. Cela, malgré de graves allégations de corruption qui lui sont reprochées.

La commission anticorruption a en effet reçu des lettres anonymes, qui évoquent notamment l’acquisition de Outside Broadcast Cars (cars de reportage) au coût de Rs 90 millions dans le cadre des Jeux des îles et qui auraient été ensuite utilisées pour la visite du Pape en septembre dernier et pour les élections générales. Les missives avancent qu’il y aurait eu maldonne dans l’acquisition de ces véhicules, achetés d’une firme italienne. Deux autres cadres sont mentionnés dans ces courriels. 

Il est aussi reproché à Anooj Ramsurrun d’avoir accordé des publicités gratuites à une compagnie de tour opérateur. Cette faveur lui aurait permis, ainsi que des membres de sa famille, d’effectuer un voyage en Inde aux frais de la compagnie, dans le cadre d’un pèlerinage. Dans une autre correspondance, il est allégué que le directeur général p.i aurait accordé des publicités gratuites à une clinique privée et en retour, il aurait bénéficié de séjours gratuits dans des hôtels appartenant au propriétaire de celle-ci. 

D’autres allégations sont faites contre Anooj Ramsurrun, surtout au niveau du recrutement de certains journalistes. Il lui est reproché d’être derrière le limogeage des deux derniers directeurs de la MBC, à savoir Beejaye Ramdenee et Mekraj Baldowa.

Facebook Conversations




Latest Posts