Il n’aurait pas digéré leur rupture. Cet habitant de Beau-Bassin aurait alors séquestré son ancienne petite amie, samedi 14 avril. Cette dernière n’a cependant pas précisé le nombre d’heures qu’elle a passé enfermée.
La présumée victime.

Il aurait accosté la femme de 26 ans près d’un magasin à Curepipe et l’aurait forcée à l’accompagner jusqu’à son appartement, à Beau-Bassin. Il l’aurait menacée avec un couteau et l’aurait tabassée.

La victime a porté plainte au poste de police de la localité. Le suspect s’est rendu à l’hôpital psychiatrique après son forfait et y a été admis sous surveillance policière.

Aux enquêteurs, la jeune femme a expliqué qu’elle se trouvait à Curepipe lorsque le suspect l’aurait saisie par la nuque avant de lui lancer :

Vinn ar mwa tranquille, sinon to pou gagne batter devant dimounes.

Comme elle aurait eu très mal, elle l’aurait suivi. Les deux ex auraient pris le bus à la gare de Curepipe.

La femme de 26 ans.

Selon la femme de 26 ans, alors qu’ils marchaient dans la rue à Beau-Bassin, son présumé kidnappeur aurait continué à lui presser la nuque de sorte qu’elle ne pouvait s’échapper.

Arrivé à son domicile, le suspect aurait appelé le père de la jeune femme pour lui dire :

Monn gagne match la, monn réssi gagne ou tifi.

Cependant, la présumée victime lui aurait arraché le téléphone des mains et aurait dit à son père d’appeler la police.

L’habitant de Beau-Bassin aurait ensuite menacé son ancienne petite amie avec un couteau. Il lui aurait dit qu’il renverserait son fils avec sa moto.

Si to pas comprend, tou to lédoigts pou sauter.

La police de Beau-Bassin a, par la suite, débarqué au domicile du présumé kidnappeur qui a refusé d’ouvrir la porte et a demandé à la jeune femme de dire que tout allait bien. Mais celle-ci a appelé à l’aide à travers une fenêtre.

Le suspect l’a alors roué de coups, avant de l’enfermer dans une chambre et de prendre la fuite à travers une autre sortie.

Les pompiers ont été mandés pour enfoncer la porte. La police a pu délivrer la présumée victime. L’enquête est menée par la police de Beau-Bassin, sous la supervision du chef inspecteur Earally.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts