Comment endiguer l’ampleur de la drogue synthétique dans les collèges ? À la Brigade des mineurs, devant cette situation, on dresse actuellement un plan d’action.

YOUR REACTION?

L’une des initiatives de cette unité : des causeries au sein de ces établissements. Dans certains cas, des officiers de la Brigade des mineurs se rendent pendant toute une semaine au même établissement pour atteindre le plus grand nombre de collégiens. On nous explique :

Lors de ces causeries, les recteurs ou le corps enseignant ne sont généralement pas présents dans le but de permettre aux enfants de parler, de s’ouvrir librement sans être jugés ou se sentir persécutés.

Et très souvent, nous dit-on, les révélations se font au cours de ces causeries. Quelques élèves finissent par avouer qu’ils consomment de la drogue, que ce soit du cannabis, du synthétique ou autres.

Notre travail n’est pas d’arrêter ces enfants mais de leur venir en aide et leur donner du soutien… pou zenfant la kav sorti ladans si vrai même li envi.

Certains en profitent aussi pour dénoncer des dealers ou ceux qui leur refilent de la drogue.

C’est la parole de l’élève contre celle de la personne qu’il incrimine. Débute alors une enquête interne pour venir prouver ce qu’il avance.

Quid du suivi du jeune qui veut s’en sortir ? La Brigade des mineurs travaille de pair avec les travailleurs sociaux et des psychologues du ministère de l’Éducation pour les épauler.

Source: L'Express

Facebook Conversations




Latest Posts