Elle était accusée d’avoir ébouillanté son compagnon, Robert Kennedy Landinaff avec de l’eau chaude, le 18 décembre 2015. Marie Stephanie Augustin a affirmé avoir eu assez des coups infligés par son compagnon.

YOUR REACTION?

Marie Stephanie Augustin

Ce type d’offense est passible d’une peine d’emprisonnement ne dépassant pas 20 ans. Mais au vu des circonstances, je vous inflige une peine de prison de 4 ans.

C’est en ces termes que le magistrat Pranay Sewpal, siégeant en cour intermédiaire, hier jeudi 27 septembre, a annoncé à Marie Stephanie Augustin la sentence dont elle a écopé.

Marie Stéphanie Augustin, 38 ans, ne supportait plus les coups et insultes de son compagnon, Robert Kennedy Landinaff, âgé, lui, de 40 ans.

Elle voulait lui donner une correction et l’a ébouillanté, le 18 décembre 2015. Quatre jours après les faits, le 22 décembre 2015, son compagnon est décédé de ses brûlures.

Les faits remontent au 18 décembre 2015, à Chemin-Grenier. Alors qu’elle couchait ses trois enfants, Robert Kennedy Landinaff l’a insultée. Avant de lui donner un coup de pied à l’oeil gauche. Le voyant s’emparer d’une arme tranchante pour  l’agresser, Marie Stephanie Augustin a pris peur et s’est enfuie.

En regagnant le domicile le lendemain, elle devait constater que Robert Kennedy Landinaff était sous l’effet de l’alcool. Lasse des coups qu’elle subissait, elle l’a alors ébouillanté.

Paniquée par son geste, elle a tenté de contacter la police mais en vain. Entre-temps, elle a alerté les voisins et la police a été mandée. Elle a été conduite au poste de police de Chemin-Grenier alors que son compagnon a été transporté d’urgence à l’hôpital de Candos. Ce dernier est décédé des suites de ses brûlures.

Lors du procès, Marie Stephanie Augustin avait présenté des excuses. Elle a soutenu qu’elle est mère de trois enfants : un fils de 11 ans et deux filles, l’une de 16 ans et l’autre de cinq ans.

À l’énoncé du verdict, le magistrat Pranay Sewpal soutient que le délit commis est grave, car le père de son enfant est mort. Prenant en considération que l’accusée a plaidé coupable et fait des aveux, il lui a infligé quatre ans de prison. Il a ordonné que les 497 jours passés par l’accusée en détention préventive soient déduits de sa peine.

Facebook Conversations




Latest Posts