C’est ce que conclut la Commission dans son rapport intitulé Law on Social Media (Fake profiles, fake news and other harmful digital communications). L’étude a été entreprise à la demande du bureau de l’Attorney General.

Malgré l’avancée de la technologie et une hausse considérable de fake news, dont des centaines sur les sites Viral Mauritius et Vecret, la Law Reform Commission se prononce contre une loi pour contrer ce fléau.

Lors de l’étude, la Law Reform Commission a examiné les lois existantes sur le cybercrime, dont les faux profils, l'usurpation d’identité d’une personne, le harcèlement en ligne ou encore la diffusion de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux.

Ainsi, la Commission est d’avis qu’introduire une loi pour punir ceux qui diffusent de fake news sur les réseaux sociaux peut poser beaucoup de problèmes. Selon l’étude, une telle loi voudrait dire qu’il y aurait une tentative de contrôler les activités journalistiques par les autorités. Une telle législation restreindra également la liberté de s’exprimer mais aussi des débats sur des sujets importants, souligne l’étude.

Source: Top FM

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts