Fareeda et son époux sont aveugles depuis leur naissance mais vivent leur vie en parfaite harmonie et arrivent même à observer le jeûne du ramadan. Rencontre.
Fareeda et Reshad.

Quand le mois de ramadan a commencé, jeudi 24 mai, rien au monde n’aurait pu empêcher Fareeda et Reshad de jeûner. Car pour eux, le jeûne de ramadan est une obligation religieuse pour chaque musulman en bonne santé physique et mentale. Et ils considèrent qu’hormis leur handicap visuel, ils sont en parfaite santé. C’est pour cette raison que Fareeda et Reshad n’ont jamais manqué le jeûne du ramadan depuis qu’ils se sont mariés il y a 33 ans.

La force de la détermination et la confiance en soi, ils les ont sans doute acquises au Centre Loïs Lagesse à Beau-Bassin où ils se sont rencontrés. Très vite, quand ils se sont découvert des atomes crochus, ils ont décidé de lier leurs destins. Fareeda se souvient de son mariage à Plaine-Verte à l’étage de la musjid Al Aqsa à l’époque.

Même si Reshad, 67 ans, n’a jamais vu le visage de Fareeda, 64 ans, et vice versa, ils sont solidaires dans la vie et s’aident mutuellement dans les tâches ménagères. Les médecins mauriciens et étrangers ont tout essayé pour leur rendre la vue, mais toutes les opérations ont échoué.

Ce qui force l’admiration chez les deux sexagénaires c’est qu’en dépit du fait qu’ils vivent sans voir, ils mettent un point d’honneur à être autonomes afin de ne chercher l’aide de personne pour vivre leur vie.

Fareeda nous indique qu’elle se réveille très tôt pour préparer le repas du matin en attendant que son mari se prépare. Le menu du matin est composé de pain, du beurre et du fromage accompagné d’une tasse de thé bien chaud. Reshad accomplit le namaz à la maison parce que la mosquée est trop éloignée de sa maison à Floréal. Avec le sourire, sa femme nous indique qu’elle n’éprouve aucune difficulté pour préparer le repas, faire la lessive et le repassage. Vu qu’elle souffre de tension artérielle et de diabète, elle accomplit le namaz assise sur une chaise.

Si tout semble parfait pour ce couple qui traverse la vie avec le sourire, tout n’est pas rose pour autant. Fareeda nous confie qu’elle fait face à des difficultés financières.

Mo ene dimoune malade ki bizin soin souvent. Kan mo acheter médecine, la moitié pension fini.

Elle ajoute que pour se rendre à l’hôpital la nuit, elle doit trouver Rs 1 000 pour les frais de son déplacement en taxi.

Kan mo gagne pension, mo paye chauffeur la.

Les maigres pensions d’invalidité de Fareeda et Reshad ne sont guère suffisantes. Reshad est au bout du rouleau. Il nous déclare :

Népli kapav faire face. Kan mo al prend commission, la moitié pension fini. Parfois pou al bazar p bizin choisir légumes ki plus bon marché.

Pour ajouter à leurs difficultés, l’un des deux fils du couple est malvoyant. L’aîné travaille chez un particulier mais ne touche qu’un salaire dérisoire.

Fareeda souhaite pouvoir un jour acheter une voiture pour que son fils puisse la transporter à l’hôpital la nuit.

Si ena ene frère ou ene soeur kapav offert nous ene loto ki zot pas servi, mo ti pou bien content.

Fareeda nous raconte que quand elle était encore jeune, elle habitait la capitale où la solidarité était bien présente. Elle se désole de noter que de nos jours il y a un désintéressement pour le sort des autres.

Personne pas vinn guette nous dans Floréal. Kouma dire nous pas exister...

Ceux qui souhaitent rendre visite au couple peuvent contacter Fareeda sur le 59242445 et le 6983185.

Elle a un compte bancaire au numéro suivant : MCB (Curepipe) 000023380937 au nom de Fareeda Rojan.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts