Dans les matelas des patients, sur les chaises des médecins, dans les structures en bois… “Les punaises sont partout”, déplore un médecin de l’hôpital SSRN, à Pamplemousses. Une situation qui prévaut aussi dans d’autres établissements publics, comme à l’hôpital de Candos et celui de Flacq.

Le personnel des hôpitaux publics du pays est unanime : les punaises ont envahi les lieux. Il y a une semaine, trois infirmiers et un employé administratif affectés à l’hôpital SSRN ont dû se faire ausculter après avoir été mordus par des… punaises. Un médecin qui officie à l’hôpital du Nord nous confie :

Ces bestioles sont partout. Dans les matelas des patients, dans les structures en bois et même sur les tables et chaises des docteurs ! C’est inacceptable de travailler dans de telles conditions !

Il souligne que “personne n’est épargné” et que malgré d’innombrables plaintes adressées à l’administration hospitalière, le problème demeure entier.

La situation est la même dans d’autres hôpitaux. À l’instar de l’hôpital Victoria, à Candos, où des médecins ont même attrapé des punaises dans des test tubes.

Comment peut-on parler d’hygiène quand on sait que les punaises sont présentes partout ? Les employés sont révoltés ! Nous sommes obligés de travailler sur une base 24/7 dans des conditions déplorables.

À l’hôpital de Flacq, selon nos informations, un médecin a fait une réaction allergique pendant ses heures de travail. Cela, après avoir été mordu à plusieurs reprises par des punaises. Une source autorisée au niveau de la Medical Health Officers Association (MHOA) nous explique :

Ces insectes vivent surtout dans des structures en bois et dans des matelas. Quand ces structures sont remplacées par d’autres en métal, les punaises sont moins nombreuses.

Avant d’ajouter qu’à un moment donné, le ministère de la Santé avait choisi d’acheter des matelas imperméables, de sorte que les punaises ne puissent pas pénétrer dans le tissu.

Malgré les tentatives du ministère de la Santé, ces bestioles subsistent. Il n’est pas facile de les éradiquer. Le problème est encore plus sérieux à l’hôpital Candos et au Chronic Ward de l’hôpital Brown-Séquard. Entre-temps, les conditions de travail pour nous demeurent difficiles.

Elle précise cependant que les médecins restent professionnels jusqu’au bout.

Nous n’avons nullement l’intention d’abandonner notre blouse et de prendre la porte de sortie. Nous sommes des professionnels et ce sont les patients qui comptent en premier.

Sollicité, le ministère de la Santé avance que plusieurs mesures ont été prises pour se débarrasser des punaises dans les hôpitaux. Notamment l’achat de 100 nouveaux matelas pour l’hôpital SSRN.

Des exercices de désinsectisation sont entrepris régulièrement. Nous sommes conscients que ce n’est pas évident pour les employés, mais nous faisons de notre mieux.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts