Le couperet est tombé sept ans après les faits.

YOUR REACTION?

Un maçon de 24 ans a été condamné à un an de prison en Cour intermédiaire pour abus sexuels sur une adolescente. Celle-ci était âgée de 15 ans au moment des faits, alors que l’accusé avait 17 ans. Ce dernier avait également filmé la collégienne alors qu’elle faisait une fellation à un ami. 

Le maçon, domicilié de Petite-Rivière, était poursuivi en Cour intermédiaire pour abus sexuels sur une mineure. Il lui était reproché d’avoir eu des relations sexuelles avec une mineure, mais aussi d’avoir sommé l’adolescente de lui faire une fellation à deux reprises.

Le jeune homme était également accusé d’avoir filmé la plaignante alors qu’elle faisait une fellation à un autre individu et d’avoir montré cette vidéo à une personne. Les délits respectifs avaient été commis en septembre et octobre 2012. Le maçon avait plaidé coupable des accusations retenues contre lui.

À l’énoncé de sa sentence, la magistrate Bibi Razia Jannoo-Jaunbocus a statué que les délits sont graves bien que l’accusé détienne un casier judiciaire vierge. Ce dernier avait présenté des excuses. Il avait plaidé qu’il était jeune au moment des faits et qu’il n’avait pas réalisé les conséquences de ses actes. 

La magistrate a fait ressortir les circonstances de l’affaire dans son verdict. L’accusé et la plaignante entretenaient une relation amicale. Le maçon l’a sommée de lui faire une fellation en présence d’autres personnes. Il a, en sus de cela, filmé l’adolescente alors qu’elle faisait une fellation à un ami.

Un acte d’une telle bassesse sur une enfant, même avec son consentement, ne peut être toléré.

Le fait que l’accusé était jeune et qu’il n’avait pas réalisé la gravité de ses actes n’est pas une excuse, selon la magistrate. Une peine de prison dans le cas présent est, selon elle, pleinement justifiée.

Facebook Conversations




Latest Posts