Vendredi 5 octobre, c’est le “Teachers’ Day”. Donc, pas d’examen. C’est ce que croyait un élève devant prendre part au concours du HSC...

Ne le voyant pas arriver, la direction du collège, situé dans le nord, décide de l’appeler. En apprenant que l’épreuve de littérature française avait bien lieu, le jeune homme s’est alors précipité au centre d’examens. Il avait quelque 30 minutes de retard. Toutefois, compte tenu de la raison de son retard, on ne lui a pas alloué de temps additionnel.

Une candidate fréquentant le collège G. M. D Atchia n’a pas eu la même chance. Elle n’a pas été autorisée à prendre part aux examens, car elle avait une demi-heure de retard. Pourquoi ? Comment ? Metro Express ? Nous avons tenté en vain d’obtenir une réponse à cette question.

Un préposé au ministère de l’Éducation a simplement affirmé que c’est le MES qui doit s’en occuper, si les parents portent plainte. Cependant, dans les milieux concernés, le cas de cette collégienne “choque” :

Même si son retard n’a rien à voir avec les travaux du Metro Express, on n’a pas le droit de l’empêcher de prendre part aux examens. Si la raison est valable, on aurait même dû lui accorder du temps additionnel ! Il y va de son avenir.

Source: L'Express

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts