La Journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars dernier, s’est mal déroulée pour deux policières. Elles ont été victimes d’agressions dans l’exercice de leurs fonctions. Dans les deux cas, les auteures de ces agressions, qui ont eu lieu à l’hôpital du Nord et à Souillac respectivement, sont des femmes.

YOUR REACTION?

Dans la soirée de dimanche, vers 20 heures, un sergent, une policière et deux policiers se sont rendus à la plage publique de Gris-Gris. Ils avaient été alertés qu’une femme, assise sur un rocher, paraissait troublée. Les éléments de la National Coast Guard étaient également sur place redoutant qu’elle ne se jette à l’eau. 

Les policiers se sont approchés d’elle pour la faire descendre du rocher et lui parler, mais elle a refusé. Ils ont insisté afin d’éviter qu’un drame ne survienne, mais la femme a résisté et a menacé de commettre l’irréparable. À un moment donné, les agents ont pu la maîtriser. La femme a été conduite dans la fourgonnette des policiers qui a pris la direction du poste de police de Souillac. 

Une fois à l’intérieur du véhicule, la femme s’est montrée agressive envers les policiers, particulièrement envers la policière.

To péna droit trap mwa. Largue mwa.

Les policiers sur place l’ont rappelé à l’ordre, mais peine perdue. Elle s’est agrippée à la chemise de la policière et l’a griffée au bras. Les autres policiers, qui ont dû intervenir pour la calmer, lui ont dit qu’elle risquait d’être poursuivie pour agression sur un agent de la force policière. Nullement inquiète face à leur mise en garde, elle a lancé :

Mo bien piss lor zot !

Comme elle a continué à se montrer violente, les policiers lui ont passé les menottes. 

De son côté, la policière a été conduite à l’hôpital de Rose-Belle pour recevoir les premiers soins avant d’être autorisée à partir. Quant à la femme, elle a passé la nuit en cellule et a été inculpée pour agression sur un membre de la force policière ayant entraîné effusion de sang.

Un peu plus tôt dans la journée, une policière affectée au poste de police de Terre-Rouge a été également agressée par une femme. Son collègue et elle se sont rendus à l’hôpital du Nord car une habitante de Riche-Terre, âgée de 33 ans, a été retrouvée avec des blessures. Le médecin traitant a informé les policières qu’il fallait l’admettre à l’hôpital, mais la femme n’aurait pas apprécié et a injurié les policiers.

La policière lui a demandé de se calmer, mais elle s’est agitée davantage. Quand la policière a tenté de passer les menottes à la femme pour qu’elle n’abîme pas les équipements médicaux, elle lui a mordu le bras. La policière, blessée, a reçu les soins. Selon le protocole, elle devra subir des examens médicaux. La trentenaire serait séropositive.

Facebook Conversations




Latest Posts