Pour nourrir ses quatre enfants, Karen, 32 ans, a décidé d'être une travailleuse du sexe.
Karen

L'argent qu'elle obtient contre les passes lui permet de faire bouillir la marmite et de vaquer à ses occupations au quotidien.

Monn commencé l'âge 17 ans.

Consciente des dangers que comporte ce choix de vie, elle explique que cela lui permet de gagner sa vie sans avoir à mendier aux siens pour subvenire aux besoins de sa famille. Évidemment, les difficultés qu'elle rencontre sont innombrables mais elle prend sur elle pour avancer vers l'avenir.

Karen

Mo pou arrêter si mo gagne Loto mais entretemps, mo bizin travaille.

Karen n'a que six ans lorsque son père décède. Sa mère cumule des petits boulots. Face à la précarité, elle décide de passer la nuit avec un Indien pour Rs 3 000.

Mo ti extra peur mais après in korek.

De fil en aiguille, elle enchaîne les rencontres. Ses clients sont de tous âge, dont bon nombre de marins taïwanais en escale à Maurice. Les passent se multiplient ainsi que les revenus. Avec l'argent qu'elle perçoit, elle parvient à subvenir aux besoins de sa famille mais aussi à se la couler douce.

À 21 ans, Karen décide de devenir serveuse mais elle rend vite son tablier après un chantage sexuel de son patron. Elle retrouve à nouveau les trottoirs. Un client régulier n'est pas insensible à ses charmes. S'ensuit une demande en mariage. Karen accepte... sans se douter du calvaire qui l'attend. Victime de violences conjugales, elle quitte son mari, il y a deux ans.

Depuis 17 ans, le sexe tarifé lui permet de gagner sa vie. À chaque appel, Karen répond présent mais il y a des fois, dit-elle, elle rentre bredouille... Ce n'est pas pour autant qu'elle baisse les bras.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts