Elles ont refusé de remplir la fiche de présence de leurs étudiantes. C’est la raison évoquée pour expliquer la suspension de trois profs du collège Lorette de Quatre-Bornes.

Ces trois profs, qui enseignent les mathématiques, le français et l’espagnol, estiment, pour leur part, que cette tâche ne relève pas de leur scheme of duty.

Suspendues le lundi 5 février, elles se sont tournées vers la Secondary and Preparatory School Teachers and other Staff Union et le ministère du Travail. Une rencontre est prévue avec les autorités lundi prochain.

Entre-temps, le syndicat dénonce cette situation. Lysie Ribot, la présidente du syndicat, nous confie :

Le mot d’ordre a été donné en octobre dernier pour ne pas prendre les présences. Nous en avions informé les School Managers afin de leur donner le temps de recruter une personne pour cette tâche.

Sauf que, déplore-t-elle, les écoles n’ont pas recruté, comptant uniquement sur les enseignants pour cette tâche.

Noter la présence des étudiants n’est pas dans notre scheme of duty. Cependant, nous ne refusons pas de le faire par mauvaise volonté. C’est surtout que certains enseignants ont reçu des menaces de parents concernant la présence de leurs enfants en classe.

Selon Lysie Ribot, ces menaces interviennent après la décision du gouvernement de faire payer les frais d’examens à certains étudiants, en s’appuyant sur le taux de présence en classe.

La syndicaliste s’étonne, d’ailleurs, que seules ces trois enseignantes ont été suspendues et non ceux d’autres écoles qui ont aussi refusé de prendre les présences. Elle ajoute :

Les enseignants doivent consacrer leur temps à leurs élèves et non à des activités administratives.

Du côté de la Private Secondary Education Authority, le président affirme avoir reçu une lettre du collège.

Nous allons mettre sur pied un comité disciplinaire.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts