Une femme cleaner, affectée à l’école maternelle Perles d'Avenir où des enfants auraient été contraints à manger du piment comme punition, est interrogée en ce moment par la police, ce jeudi 26 octobre.
L'établissement préscolaire.

En outre, la direction de l'école souhaite fermer l'établissement, arguant ne pas être en mesure d’assurer la sécurité du personnel et des élèves, mais les autorités s’y opposent farouchement. C’est à travers un communiqué que la direction a fait part de sa décision:

C’est [...] aussi pour des raisons économiques, il avait été décidé depuis un certain temps d’arrêter de financer et d’opérer à la fin de l’année scolaire, soit le 16 novembre 2017. Le Ministère concerné a été informé en temps et en heure. En outre, et malgré la fermeture prévue de l’institution, des mesures ont été prises pour faire la lumière sur ces allégations. Dans ses conditions, la Direction ne peut plus assurer l’ouverture de l’école à partir de demain jeudi 26 octobre 2017.

La direction a déposé une demande d’injonction en Cour suprême, hier, mercredi 25 octobre. Sa demande a été examinée par le juge Prithviraj Fekna, qui a refusé d’accorder l’ordre intérimaire. 

Le juge a sommé les représentants des ministères de l'Education et de l'Egalité des genres de se présenter devant lui ce vendredi pour réfuter les arguments avancés par l'école.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts