Avez-vous déjà été puni ou puni votre enfant pour avoir mangé la crotte de son nez ? Egalement connu sous le nom de mucophagie, manger sa crotte de nez a depuis toujours provoqué des regards dégoûtés. Cependant, certains experts scientifiques suggèrent le contraire, et vont plus loin en disant même que c’est une pratique bonne pour la santé. Si vous êtes un explorateur de narines ou que vous en connaissez un, voici ce que vous devez savoir !

Scott Napper, professeur agrégé de biochimie à l’Université de la Saskatchewan, a essayé dans une tentative humoristique d’engager ses étudiants, et suggère que le fait de manger des crottes de nez pourrait en réalité avoir des effets utiles. Il dit que les parents ne devraient pas empêcher leurs enfants de se gratter le nez parce que le nez est un riche réservoir de bonnes bactéries.

Une pratique grossière mais bénéfique !

Selon Scott Napper, ce n’est pas par hasard que la nature nous pousse à faire des choses différentes : Quand on a envie de mettre le doigt dans le nez et aller chercher ce mucus, c’est notre corps qui réclame ce besoin, et tant qu’il en a besoin c’est qu’il y a bien une raison ! 

Le professeur pense que le mucus contient des germes et les empêche d’entrer dans le corps, mais que si nous les consommons, ils peuvent aider à renforcer le système immunitaire.

Que contient le mucus ?

La crotte de nez est constituée du mucus qui tapisse les narines et, avec les minuscules poils appelés cils, ils protègent les poumons des corps étrangers tels que les germes, la poussière, la saleté et le pollen. La plupart du temps, les cils piègent ces minuscules envahisseurs, les encapsulent avec du mucus et les sortent du nez. Parfois, cependant, ce mucus devient gélatineux ou dur et croustillant et forme ce qu’on appelle familièrement une crotte.

Ce mucus est un gel constitué d’eau, d’ions, de protéines et de macromolécules. Les principaux composants macromoléculaires du mucus sont les glycoprotéines de la mucine, essentielles à la défense locale des voies respiratoires.

De nouvelles données intéressantes soutiennent le concept non seulement que les mucines et le mucus sont importants pour l’homéostasie pulmonaire et la protection contre les menaces environnementales, mais aussi que les cellules caliciformes jouent un rôle important en tant que régulateurs de la fonction immunitaire. 

Les risques de cueillir la crotte de nez

Le fait de se moucher le nez et de manger les crottes de nez, puis de toucher d’autres objets domestiques et la peau d’autres personnes peut potentiellement augmenter les risques de propagation de virus et de bactéries, tels que la grippe ou le rhume. 

Il n’existe pas de recherche importante pour nommer les risques de manger des crottes de nez. Cependant, certains cueilleurs de nez chroniques peuvent irriter les tissus internes du nez et provoquer des saignements.

S’agit-il d’une habitude gênante pour vous ? Vous souhaitez vous en débarrasser ? Voici quelques conseils :

  • Identifier les causes: Si vous semblez toujours avoir des démangeaisons au nez ou un écoulement nasal, des allergies saisonnières pourraient en être la cause. 
  • Essayez d’utiliser des gouttes nasales salines ou des humidificateurs à air froid : Cela empêche les voies nasales de se dessécher et la crotte de se constituer.
  • Essayez d’avoir des mouchoirs plus facilement accessibles en les conservant dans votre poche, votre sac ou dans  le tiroir du bureau. Vous pourriez être plus susceptible de les utiliser pour vous moucher le nez au lieu de cueillir la crotte.
  • Si ce comportement est une habitude due au stress : Essayez de trouver un autre moyen de réduire votre stress et de remplacer cette habitude grossière par une habitude saine, entre autres la respiration profonde, écouter la musique, chanter sa chanson préférée, ou mieux encore pratiquer une activité physique apaisante.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts