Après le SerenityGate, voilà qu’un autre scandale éclate au grand jour, le Mauritius and Rodrigues Submarine Cablegate (MARSgate).

Si le régime sortant a fait tout un cinéma avec le Film Rebate Scheme qui a servi les intérêts de l’épouse du Premier ministre sortant, Kobita Jugnauth, et le frère de cette dernière, Sanjiv Ramdanee, on est tenté de se demander qui a bénéficié de plus d’un demi milliard de roupie dans le MARSgate.

Le 16 février 2019, le système sous-marin de fibre optique Mauritius And Rodrigues Submarine cable (MARS) est officiellement entré en service. Il connecte Maurice et Rodrigues qui sont séparés par 550 km. Le coût du projet selon une information publiée par le Government Information Service (GIS) le 20 novembre 2017, “Rs 1,6 milliards”.

The Prime Minister, Minister of Home Affairs, External Communications and National Development Unit and Minister of Finance and Economic Development, Mr Pravind Kumar Jugnauth, launched the fibre optic installation, Mauritius Rodrigues Submarine Cable (MARS) on 18 November 2017. The installation works of MARS which consist of the laying of 677 kilometres of cables up to 3 000 metres deep in the sea, is expected to be completed in the next 24 months. The project value is to the tune of Rs 1.6 billion. The Prime Minister was in Rodrigues for the launching of various projects. He was accompanied by the Financial Secretary, Mr Dev Manraj, the Minister of Technology, Communication and Innovation, Mr Yogida Sawmynaden and other officials.He also inaugurated the Petit Gabriel Police station and the Tourism Office for Rodrigues.

Jusqu’ici rien d’anormal. Mais en grattant sous la surface, on découvre que le coût du projet était de Rs 800 millions. Selon le Public Sector Investment Programme de janvier à juin 2015/16 – 2019/20, le ministre des Finances d’alors, Vishnu Lutmeenaraidoo, avait annoncé par rapport au Projects in the pipeline : Under-sea fibre cable network project connecting Mauritius to Rodrigues and the rest of the world with a project value of Rs 800 million.

Il est à noter que c’est en 2010 que ce projet avait fait surface au Parlement pour la première fois. En 2012, présentant le budget, le ministre des Finances d’alors Xavier-Luc Duval annonçait :

Mr Speaker, Sir, a submarine fibre cable will be laid to link Rodrigues to Mauritius. This will usher in an era of cutting edge communication technology in Rodrigues while at the same time connecting the island to rest of the world. This will provide fast and reliable bandwidth to the island. And Mr, Speaker, Sir, it will significantly bridge the digital gap for Rodriguans. 339. The estimated cost of this ground-breaking venture is 600 million rupees. Government will provide financing which will be reimbursed over twenty years.

Et lors des débats autours du budget 2012 dans l’hémicycle, le député de Rodrigues Christian Leopold avait affirmé :

A submarine cable will be laid to link Rodrigues to Mauritius au coût de R 600 millions, M. le président. Comment ne pas être satisfait ? Savez-vous depuis combien de temps on s’attend à ce que Rodrigues soit raccordé à l’autoroute de l’informatique? Savez-vous, M. le président, que depuis le 8 avril 2002 le câble SAFE est opérationnel à Maurice ?

Mais revenons à 2015 quand l’appel d’offres a été lancé pour le MARS par le Central Procurement Board (CPB). Seul soumissionnaire, la Mauritius Telecom décroche le contrat. Cette même MT qui avait chiffré la valeur globale du projet à plus de Rs 3,5 milliards, soit US$ 97,9 millions, pour que les Rodriguais aient une connexion internet à très haut débit.

En novembre 2016, MT signe un accord avec la société Indian Ocean Xchange (IOX) Submarine Cable System. Selon cet accord, MT devient le Anchor Tenant du projet. Du côté du Registry of Companies, nous découvrons que la société IOX Cable Ltd a été incorporée le 21 septembre 2016, soit moins de deux mois avant la signature de l’accord avec MT.

Sur son site internet, IOX Cable Ltd se décrit comme une compagnie informatique innovante basée à Maurice visant à connecter l’Inde, l’Afrique, l’Asie du sud-est et l’Europe à l’océan Indien. Mais nulle part pouvons-nous trouver le nombre d’année d’expérience que cette société a dans le système sous-marin de fibre optique ou même les clients avec lesquels elle a traité dans le passé. Nous pouvons cependant déduire que MT est son tout premier client.

Serait-ce pour cette raison que le site internet Les Conseillers du Commerce Extérieurs de la France explique que “la société Indian Ocean Exchange Cable (IOX) vient d’annoncer avoir retenu l’offre d’Alcatel Submarine Networks pour le déploiement d’un réseau en fibre optique entre l’Afrique du Sud et Maurice avec une extension sur Rodrigues.”

Il est à noter que Central Procurement Board stipule que, pour l’obtention d’un contrat, “bidders shall meet following minimum qualifying criteria, unless otherwise specified in the Bidding Data Sheet (BDS): (a) a minimum average annual financial amount of work over the period specified in the BDS. (b) experience as prime contractor in the provision of at least two service contracts of a nature and complexity equivalent to the Services over the last 5 years (to comply with this requirement, Services contracts cited should be at least 70 percent complete) as specified in the BDS…”

Or, comme susmentionné, la société IOX Cable Ltd a été incorporée le 21 septembre 2016, soit moins de deux mois avant la signature de l’accord avec MT.

Affaire à suivre...

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts