Phénomène extrêmement rare : un bébé siamois est né le samedi 5 janvier, à l’hôpital de Rose Belle. Deux têtes, deux bras, deux jambes et un seul coeur dans le même corps...
Ian Papillon se demande comment rien n’a été détecté durant les échographies de sa femme.

Marie-Hélène Papillon, 36 ans, et Ian Papillon, 44 ans s’attendaient à accueillir des jumelles à leur demeure à Grand-Port, en ce début d’année. Cependant lors de l’accouchement de la trentenaire, les médecins ont constaté qu’il y avait quelque chose d’anormal avec les bébés.

Depuis, c’est le choc total pour le couple. Si bien que depuis ce jour-là, la jeune femme, qui travaille dans une école maternelle, a sombré dans une dépression. En effet, elle a donné naissance à des soeurs siamoises. Elles sont admises à l’ICU. Ian Papillon, Maintenance Officer, nous explique :

Mo encore rappel kan docteur la in annonce mwa nouvel la. Apart plorer, mo pann kav faire nanyen. Mo femme pann même kav guette bébé la.

Le père des fillettes a du mal à garder son calme. Il ne comprend pas comment une telle chose a pu se produire sans que, durant les échographies de son épouse sur les neuf mois qui se sont succédés, les médecins n’aient détecté cette anomalie.

C’est clairement une négligence médicale. Arrivée à son sixième mois de grossesse, ma femme faisait des échographies chaque jeudi. Comment n’a-t-on pas vu que les soeurs étaient collées l’une à l’autre ?

Il soutient que s’ils l’avaient su avant, ils s’y seraient préparés psychologiquement.

Mais la tou in vini ene sel kou. Li bien dur.

De plus, selon Ian Papillon, le gynécologue de son épouse leur a toujours assuré qu’il y avait deux battements de coeur. Cependant, samedi, lors d’une rencontre avec les médecins de l’hôpital, ces derniers lui ont confirmé que les fillettes n’avaient qu’un coeur.

Ou pas koner par ki mo p passer. Ils m’ont dit qu’ils devront voir qui a la veine rattachée à l’unique coeur. Cela veut dire que quand on va faire l’opération pour les séparer, une des enfants va mourir et l’autre va vivre. Mettez-vous à ma place, comment un parent pourrait faire ce choix ? C’est vraiment dur.

Pourtant la grossesse de sa femme, avec qui il a d’ailleurs trois fils, âgés de 11, 17 et 18 ans, s’est bien déroulée durant les neuf mois. Ian Papillon confie que son épouse ne cesse de s’en faire pour l’avenir des petites.

Surtout kan li trouve dans la salle ban lézot mama p prend zot bébé. Li pas facile ditou. Ce dimanche, elle a fait un effort pour les voir. Cela n’a pas été une bonne idée. Elle est, depuis, beaucoup plus dépressive.

Des démarches, les Papillon comptent en entamer plusieurs. Même si dans l’immédiat ce n’est pas contre ce qu’ils estiment être une négligence médicale, mais c’est surtout pour sauver les deux fillettes.

Du côté du ministère de la Santé, par le biais de son attaché de presse, on nous a fait comprendre qu’il attendait toujours un rapport des médecins pour connaître l’état de santé des petites. Sans plus de commentaire.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts