Les Rouges sont en mode de combat. Les meetings s’enchaînent et le leader du Parti travailliste (PTr) maintient la pression sur le gouvernement.

YOUR REACTION?

Navin Ramgoolam

Si les élections générales se tiennent demain, le PTr alignerait 60 candidats. Ce n’est nul autre que le leader des Rouges, Navin Ramgoolam lui-même, qui nous l’a annoncé hier, vendredi 17 août.

Je demande à la population de ne pas se fier aux spéculations qui avancent que le PTr aurait déjà distribué des ‘tickets’ à certains éventuels partenaires. Nous sommes en mesure de présenter 60 candidats.

Il s’est également prononcé sur les sorties publiques du PTr, dont le meeting à Triolet, demain, et l’actualité politique. Après Port-Louis, dans la circonscription no 2, le vendredi 10 août, le PTr sera donc au no 5, demain.

Navin Ramgoolam s’attend à une grosse mobilisation dans son ancien fief, car, dit-il, “le gouvernement est à bout de souffle”. Il prendra pour cible, entre autres, Sanjeev Teeluckdharry, ancien Deputy Speaker et député de l’endroit, dont le nom est mentionné dans le rapport Lam Shang Leen.

Commentant la mise sur pied d’une Task Force pour mener des enquêtes sur les recommandations dudit rapport, Navin Ramgoolam estime que cela n’apportera aucun résultat positif.

Le rapport est clair. Il faut agir mais Pravind Jugnauth cherche à gagner du temps.

Osman Mahomed, député de la circonscription du no 2, qui avait pris l’ex-ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus pour cible, vendredi dernier, affirme, lui :

Quand Navin Ramgoolam était Premier ministre, il y a eu des arrestations de gros trafiquants de drogue. Malgré la commission d’enquête, ce fléau continue à faire des ravages. Dans ma circonscription, il y a eu cinq nouvelles victimes de la drogue, enregistrées au centre Idrice Goomany depuis ces derniers jours.

Le PTr sera à Bel-Air-Rivière-Sèche (au no 10), le 31 août. Jim Seetaram, qui est actif dans cette circonscription, nous déclare :

Nos attaques, ici, seront dirigées non seulement contre Sudhir Sesungkur, pour ses frasques, mais également contre Kalyan Tarolah, pour son comportement au Parlement, et contre Sunil Bholah, qui est critiqué par un ancien président de la coopérative de Vacoas.

Pour Arvin Boolell, député rouge du no 18, les jours du gouvernement sont comptés.

Nous sommes dans une logique d’élections générales et les pressions s’accentueront sur la majorité avec, surtout, le procès de Pravind Jugnauth devant le Privy Council, au début de 2019.

Source: L'Express

Facebook Conversations




Latest Posts