Il a tout juste 19 ans. Mais pour Nicolas, la vie c’est déjà une fatalité.
Nicolas

Le jeune homme a été accro au “synthé” dans le passé et a même passé trois ans en détention juvénile. S’il est conscient d’avoir fait de mauvais choix dans sa vie, le jeune homme est résigné à être un damné de la société.

Nicolas, qui a tenu à témoigner à visage découvert, n’a jamais connu son père. Il ne sait même pas qui c’est. Il porte le nom de sa mère, un nom pour lequel il a autant d’amour que de haine.

Avant mo né mo mama ti p déza tracer. Li ti p drogué, li ti piké. Pou casse so yen li ti p faire sa la route la.

Nicolas n’a jamais vraiment connu les bancs de l’école. Il y allait parfois, quand sa mère était assez lucide et l’y envoyait. Ou parfois pour jouer avec des amis sous le “pié lakol”. Le reste du temps, le garçon jouait dans les rues avec sa grande soeur d’un an de plus que lui.

Enfant, savait-il ce que faisait sa mère ?

Kouma ou kav pas kone sa ? Dépi mo tipti mo trouve mo mama sanz zom kouma dire p sanz kilot. Tou lé soir ene lot. Pou mwa li ti ene zafer normal. Pou mwa sa ki ti important, nous ti p gagne manzé bwar. Li ti p guette nous. Mo mama ti kav ene pitin mais li ti p guette so bann zenfants.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts