“11 800 élèves sur les 15 374 qui ont pris part aux examens de la SC (School Certificate) n’ont pas eu 4 credits. 4 000 n’ont pas eu de credits du tout.”

YOUR REACTION?

Les stastistiques sont là. Et les palabres aussi ! Inutile de parler des 'antiprofs' dont les tentacules, les crocs et les griffes sont constamment prêts pour nous égratigner, nous profs, travailleurs les plus cons de notre société.

Je suis d'accord, nous avons nos défauts car nous ne sommes qu'humains, non pas les êtres mythologiques ou divins que vous voulez que nous soyons !

Toutefois, il y a un élément que tout le monde semble oublier: L'IMPLICATION DES PARENTS quant à l'éducation des enfants. Réalise-t-on son importance ? Donner tout le confort et les accessoires matériels pour faire le bonheur de vos enfants ne vaut rien s'il n'y a pas de suivi à la maison.

A-t-on conscience que ces mêmes profs que l'on blâme aujourd'hui sont les mêmes dont les élèves obtenaient de bons résultats quelques années de cela ?

Je reconnais que tous les parents n'ont pas les compétences nécessaires quant à l'instruction des enfants mais la moindre chose à faire, c'est de s'assurer que ces derniers consacrent un peu de temps à la lecture, la révision et les devoirs. Les parents doivent, au moins, vérifier les cahiers et le “journal” tous les jours. L'éducation de l'enfant ne dépend pas uniquement de l'école, elle est vouée à l'échec si le parent ne s'implique pas. Un enfant cloîtré dans sa chambre avec son portable ou son ordinateur, croyez-moi, ça n'apprend pas ! On doit veiller à ce qu'il utilise ces “gadgets” pour l'enrichissement intellectuel.

Autre matière à palabres : les leçons particulières ! Qu'on se dise que ce ne sont pas que les parents aisés qui envoient leurs enfants pour les cours particuliers. Mais là aussi, combien de parents ne font que téléphoner, qu'envoyer leurs enfants sans même connaître le visage du prof qui, lui, doit les supplier de venir le rencontrer. Les leçons particulières n'ont rien de magique, il faut le réaliser, ça aussi.

Je me souviens d'une mère très éduqée, l'année dernière, venue me reprocher les mauvais résultats de son fils à la fin du premier trimestre, qui m'a répondu ceci lorsque je lui ai demandé si le petit fait au moins un peu de lecture à la maison :

Ayo ! Pas kapav faire zot ouvert cahier ek livre lakaz !

Vishal Singh Balluck

Facebook Conversations




Latest Posts