Ceux qui ont le gosier à sec devront patienter jusqu'à demain après-midi pour pouvoir se procurer des boissons alcoolisées, à consommer avec modération bien entendu.

Depuis hier, samedi 16 décembre, et ce jusqu’à la proclamation des résultats de la partielle, demain, aucun détaillant n’a, en effet, le droit d’en vendre.

Cette loi est entrée en vigueur en 1994. L’article 101 de l’Excise Regulation stipule:

No liquor and alcoholic products shall be sold (…) — (a) on any day on which a poll is taken in respect of any election (… (b) on any day preceding such day; and (c) on any day on which the counting of the votes takes place (…)

Dans la pratique, détaillants et commerçants n’ont pas le droit de vendre de l’alcool à partir de 18 heures, la veille des élections, même partielles. Ainsi, pour celle d’aujourd’hui, au no 18, la vente d’alcool est interdite à travers tout le pays, dans toutes les circonscriptions sauf à Rodrigues.

La même loi stipule, toutefois, que certains établissements, dont les boîtes de nuit et les hôtels, peuvent être exemptés, selon le bon vouloir du ministre du Commerce.

Comment font ceux et celles qui ont l’habitude de se détendre autour d’un verre le week-end, ceux dont “la gorge monté désann” ? Certains, comme Vanessa, une habitante de Vacoas, expliquent qu’ils ont fait leurs “provisions” en prévision de la partielle.

Alors que d’autres, dans les faubourgs de la capitale, soulignent que quelques revendeurs n’hésitent pas à faire fi des règles.

Zot vender, mais amba la table ou par la fenêtre. Ou bizin paye ene ti p plus pou bouteille la.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts