Alors que nos voisins sud-africains peuvent maintenant rouler tranquillement leur petit joint, consommer du cannabis est toujours considéré comme un acte illégal chez nous.

YOUR REACTION?

Avec l’offensive policière, la précieuse herbe devient de plus en plus difficile à dénicher, si l’on en croit les consommateurs. Mais quand on a de bons contacts et de l’argent, on peut toujours se procurer un poulia ou deux…

Maurice, nous gouvernement couillon !

Réaction de José Rose, de l’Association socioculturelle rastafari, lorsqu’il apprend que désormais, les Sud-Africains peuvent fumer tranquillement chez eux. Pour lui, Maurice aurait tout à gagner à légaliser le cannabis. Il n’y aurait plus de prolifération de drogue synthétique ou autres drogues dures si les gens pouvaient rouler leurs joints.

Si zordi ena prolifération synthétique, c'est parski pas gagne droit fume gandia. Bann ki rode fumer zot pompe baygon lor feuille dithé zot fumer !

José Rose explique que le cannabis cultivé à Maurice devient extrêmement rare.

L’ADSU sak fois ou tander zot p déraciner. Sak ti plante zot p brilé. Akoz sa c ki apelle culture gandia dans Maurice la népli ena !

Mais José Rose a, lui, une autre astuce.

Mo préfère al la Réunion fumer trankil, lerla révini. Sinon Maurice, kouma koner ou planter sipa fumer, zot vinn la chasse ou, zet ou dans casso.

Une jeune consommatrice explique, pour sa part, qu’elle fume en compagnie de ses amis sur une plage de l’Ouest. Et ce, à proximité d’un poste de police…

J’entends bien sûr les histoires d’arrestation et tout mais je pense qu’il y a aussi l’apparence qui rentre en jeu. Nous nous comportons bien, même quand nous fumons et nous sommes discrets.

La jeune femme concède cependant qu’il est de plus en plus difficile de trouver du bon cannabis. Un habitant de Curepipe fait, quant à lui, ressortir que la précieuse herbe est certes plus rare, mais qu’il est toujours possible de s’en procurer si on a les bons contacts.

Il faut compter entre Rs 1 000 et Rs 3 000 pour un gramme, dépendant de la qualité. Mais il faut bien regarder lorsqu’on achète, car de plus en plus, banla faire mélange…

Alors qu’avant, on pouvait “gagne ene zoli nissa” avec Rs 200 ou Rs 300. Pour éviter de se retrouver à fumer des “feuille sousou” , il suffit d’ouvrir les narines. Et sentir les feuilles.

Avec le gandia à Rs 1 000, il n’y a pas de parfum. Mais celui à Rs 3 000, dès qu’on ouvre l’emballage en plastique, on sait que c’est de la bonne !

Le meilleur endroit pour se procurer du gandia ? Le Nord. N’empêche qu’avec la cherté du cannabis, le porte-monnaie, lui, est à l’ouest.

Source: L'Express

Facebook Conversations




Latest Posts