15 paquets de cigarettes ! C’est ce qu’a acheté une dame dans une boutique à Quatre-Bornes. Si beaucoup ont été surpris par cette vente, il faut dire qu’à un jour de la présentation du Budget, ils sont plusieurs à se ruer vers les points de vente pour s’approvisionner.

Il est 15 heures. Et les rues de Port-Louis sont bruyantes. À la gare Victoria, les passants se bousculent vers les autobus. D’autres se dirigent vers les tabagies du coin. À l’exemple de cet homme que nous appellerons Jean. Il avance que c’est “la même chanson, tous les ans à la même période”. S’il a acheté un seul paquet, il dit en avoir déjà un stock à la maison.

Il faut bien se préparer. La note risque d’être salée cette année.

À la sortie de la capitale, nous croisons Robert, à Roche-Bois. Il a déjà fait une folie.

J’ai acheté des cigarettes pour une valeur de Rs 1 000. Contrairement aux années précédentes, je tiens à me tenir prêt.

Fumeur depuis plus de 20 ans, il avoue qu’il est difficile pour lui d’arrêter.

Même si le prix est fort, il va bien falloir acheter.

Par ailleurs, certains boutiquiers font comprendre qu’ils ne sont pas prêts à vendre en grande quantité à un seul consommateur. Un revendeur de Vacoas nous confie :

Depuis lundi, j’ai de nouveaux clients. Ce sont des gens que je ne connais pas. Donc, je ne leur vends pas plus de deux paquets.

Il préfère privilégier ses clients habituels. Du côté de la BAT, l’on se veut rassurant.

Nous procédons à la distribution comme nous le faisons tous les jours. Nous oeuvrons pour la transparence, il y va de notre réputation.

Et d’ajouter qu’ils n’ont rien à cacher.

Nous essayons tant bien que mal de suppléer à l’offre et à la demande.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts