Trente-deux. C’est le nombre d’employés de Royal Park, sur les quelque 150 que compte cette société, qui ont été mis à la porte le vendredi 31 août.

Ces derniers faisaient, semble-t-il, partie de l’équipe qui travaillait sur la construction des villas que devait acheter l’homme d’affaires angolais.

Contacté hier, Royal Park, toutefois, explique que cela n’est pas seulement dû au non-investissement du milliardaire Alvaro Sobrinho mais est surtout le fruit d’une restructuration.

Selon une source au sein de cette société située à Balaclava, les procédures nécessaires ont été suivies et les employés licenciés seront compensés selon les dispositions de la loi.

La permission pour les achats ayant été refusée au milliardaire angolais par l’ancien Board of Investment (BoI), la construction des villas a donc dû être abandonnée.

Déjà, il y a trois mois, plusieurs chantiers ont aussi été gelés. À l’époque, dix autres employés avaient, eux, jugé préférable de claquer la porte. Ils avaient, disent-ils, senti le vent tourner lorsque la direction avait demandé aux employés de la boîte d’architecture et de quantity surveying mandatée par elle de ne plus se rendre sur le chantier.

Source: L'Express

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts