Pour se venger de sa compagne qui a décidé de rompre avec lui, Suraj, un homme âgé de 48 ans, a posté trois vidéos de leurs ébats sexuels sur les réseaux sociaux. Sunita, la victime, a déposé plainte pour sodomie, pour violence conjugale et Breach of ICTA contre son amant.

YOUR REACTION?

C'est le mercredi 24 février que la plaignante, domiciliée à Laventure, et exercant comme masseuse thérapeutique dans un hôtel, est allée au poste de police de Saint-Pierre pour consigner plusieurs plaintes contre Suraj, son amant. Ce dernier, qui prenait un malin plaisir à filmer leurs ébats, a diffusé les vidéos sur les réseaux sociaux. Il s'est même permis de faire un live sur Facebook et de menacer sa victime.

Depuis octobre 2019, la victime, qui est mère de deux filles, âgées de 14 ans et 11 ans respectivement, vit en concubinage avec Suraj, son amant qui réside à Cité Circonstance, Saint-Pierre. Un soir, vers 22 heures, au début du mois de février 2021, elle a eu une discussion avec son concubin. Suite à quoi, ce dernier, qui travaille pour une maison de jeux, l'a forcé à avoir des relations sexuelles qu’il a enregistrées, mais la plaignante n’était pas d'accord. Son amant l'a, par la suite, sodomisé sans son consentement et depuis elle ressent des douleurs. Son concubin a récidivé le 14 février. En effet, ce jour-là, vers 2 heures du matin, il l'a forcée à lui faire une fellation et il a filmé toute la scène durant environ deux minutes.

Lasse de subir les violences sexuelles de la part de son amant, la victime, âgée de 41 ans, a quitté la maison de son amant le 18 février dernier. Elle est allée se réfugier chez ses parents à Laventure. Une décision lourde de conséquences pour elle. Elle raconte :

Li mem avoy mo bann zenfant mo bann photos indécents. Li mette mo bann photos ek trois vidéo lor Tik Tok ek mem lor Messenger, lor group Acheter Vender lor Facebook par bann fake profile. Li mem servi mo papa so nom faire ene account ek faire kwar ki mo papa p vann mwa. Mo dégouter avec mo la vie. Mo souhaiter ki autorité aide mwa.

Et d’ajouter :

Li ti p force mwa pou faire li fellation n’importe ki ler. Li ti p mem sodomise mwa ziska 3 fois par jour.

Le coupable est activement recherché par la police.

Facebook Conversations




Latest Posts