Faranaz, 15 ans, serait devenue incontrôlable depuis sa liaison intime avec Kalyanee. L’adolescente ne cesse de fuguer pour retrouver son amie, une femme de 25 ans, dont elle dit qu’elle est amoureuse.

Le 16 avril, les parents de la jeune fille avaient signalé sa disparition à la police. Ce n’est que hier, vendredi 19 avril, que la brigade des mineurs de la division Sud la retrouve, aux petites heures du matin, endormie enlacée dans les bras de son amie. La police avait réagi à des renseignements obtenus et avait pu ainsi passer à l’action à Surinam.

Cette histoire d’amour hors du commun entre la femme de 25 ans et l’adolescente, élève en Form IV, dure depuis plus d’un an. A cette époque, l’ado vivait à Chemin-Grenier. Kalyanee travaillait pour les parents de l’adolescente, comme conductrice.

Les parents refusaient à Faranaz de voir son petit ami, ce qui attristait la jeune fille. Kalyanee, elle, semblait comprendre sa détresse et les deux se seraient rapprochées, pour finalement devenir très intimes.

Kalyanee aurait, dans un premier temps, invité l’adolescente à déjeuner. Puis, une autre fois, elles auraient fait une escapade amoureuse qui aurait duré une semaine. Toutes deux auraient logé à Souillac.

Une autre fugue se termine le 12 mars, à Riambel, par l’arrestation du couple illégitime. Las de courir après leur fille, les parents de Faranaz décident de quitter cette région du sud pour s’installer dans un village du nord. Ils étaient loin de se douter que leur fille allait récidiver.

Le mardi 16 avril, Faranaz devait à nouveau quitter le toit familial. Les parents la rapportent disparue à la police. Les antécédents de la jeune fille sont communiqués à la brigade des mineurs de la division Nord. Des renseignements sont échangés avec leurs collègues du Sud.

C’est ainsi qu’une équipe de cette brigade devait débarquer au domicile d’un homme de 29 ans à la route Martinière, à Surinam, vers 5 h 45 mardi. Le couple, endormi et enlacé, est surpris dans une chambre de cette maison.

L’enquête n’a été complétée que très tard dans l’après-midi de mardi. Kalyanee n’a pu être présentée devant le tribunal de Souillac le même jour. Elle a ainsi passé la nuit dans une cellule au poste de police de Camp-Diable et a été conduite au tribunal hier. Elle est provisoirement accusée d’hébergement de mineure (harbouring minor), infraction régie par le Child Protection Act.

N’ayant pu payer la caution de Rs 5 000 pour sa remise en liberté conditionnelle, elle a été conduite à la prison centrale de Beau-Bassin, où elle doit rester jusqu’au 30 avril.

L’adolescente a, elle, été conduite au quartier général de la brigade des mineurs aux Casernes centrales avant d’être transférée à Piton pour être entendue.

Les parents de la fille ont consigné une déposition pour un cas d’enfant échappant à tout contrôle (child beyond control). Mais ils ont voulu que leur fille rentre à la maison avant sa comparution au tribunal de Mapou.

Toutefois, peu après son réveil, l’adolescente a de nouveau quitté le toit familial, non sans avoir fermé toutes les portes à clé, emportant le trousseau. Les parents ont prévenu, par téléphone, les hommes du sergent Hoosanee, lesquels ont retrouvé Faranaz dans un autobus appartenant à un particulier, à destination de Port-Louis.

La police pense qu’elle se rendait à nouveau à la rencontre de son amie. Elle a été emmenée au tribunal de Mapou ou le police prosecutor a informé la cour et a relaté les derniers incidents. Mais la magistrate a déclaré qu’une nouvelle chance doit lui être offerte, au lieu de l’envoyer au centre correctionnel pour jeunes, ordonnant à Faranaz de retourner chez ses parents.

Ni Kalyanee, ni la jeune Faranaz n'ont voulu cacher leurs sentiments l’une pour l’autre. Dans leurs dépositions à la police, elles ont avoué qu’elles s’aiment et qu’elles ont eu des relations sexuelles ensemble.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts