“Il est un mort-vivant, je dirai, un légume. Sa vie et celle de sa famille ont été chamboulées depuis cet accident.” Gérard Chasteau de Balyon, le beau-frère du cycliste David Bathfield, ne cache pas son indignation et son amertume suite au jugement rendu mercredi contre Dheeraj Takooree, devant la cour intermédiaire.
Gérard Chasteau de Balyon

Dheeraj Takooree a écopé d’une peine de prison d’un mois et d’amendes totalisant Rs 120 000. Cela, après avoir percuté trois cyclistes, dont l’un est mort et l’autre dans un état végétatif…

L’accident fatal remonte au 10 mai 2012, à Nouvelle-France. Dheeraj Takooree avait mortellement percuté, à bord de son véhicule, le cycliste Jérome Joseph Alain Tennant. Le chauffeur de 45 ans, soudeur de son état, ne s’était pas rendu à la police. Il était, en fait, sous l’influence de l’alcool.

David Bathfield et Philippe Colin, les deux autres cyclistes, ont été grièvement blessés. Gérard Chasteau de Balyon déclare :

À cause de cet accident, mon beau-frère est devenu paraplégique. Je dirai que c’est un jugement scandaleux. On ôte la vie d’autrui, provoque des blessures à vie sur l’autre et la magistrate a trouvé juste d’infliger la peine la plus minime. Ce sont des bêtises. Surtout que l’accusé avait, le jour de l’accident, 78 microgrammes d’alcool dans le sang. C’est-à-dire trois fois plus que la norme autorisée.

Gérard Chasteau de Balyon a adressé une lettre ouverte à ce propos au DPP. David Bathfield, âgé d’une cinquantaine d’années, a tout perdu.

C’était un homme magnifique, il était un grand sportif. Ses enfants, dont la plus jeune, qui devait avoir 16 ans, ont été les plus affectés. La fille ne peut pas voir son papa dans cet état.

Depuis l’accident, la famille a dû solliciter la contribution des Mauriciens, pour payer les frais médicaux du cycliste.

Benoît Halbwachs

Benoît Halbwachs, le manager du Mauritius Turf Club (MTC), faisait lui aussi partie du peloton de cyclistes qui rentraient chez eux, à Curepipe, après quelques heures d’entraînement sur les routes quand l’accident s’est produit. Les images de cette tragédie resteront à jamais gravées dans sa mémoire.

On était environ 20 coureurs. Il y avait un premier groupe à l’avant et un deuxième qui suivait derrière. Jérôme était dans le premier groupe et moi dans le deuxième. À la hauteur du rond-point de Nouvelle-France, le premier groupe qui roulait en file indienne a été heurté de plein fouet par une voiture, projetant tous les coureurs à terre.

L’impact est tel que Jérôme Tennant a été projeté sur le dôme de la voiture.

C’est une vraie scène d’horreur qui se déroule sous les yeux des témoins. L’impact est tel que Jérôme Tennant est projeté sur le dôme de la voiture. Mais le chauffeur du véhicule, Dheeraj Takooree, qui était ivre au moment des faits, continue sa course meurtrière. Il ne se serait même pas rendu compte qu’un homme avait atterri sur sa voiture. Après quelques centaines de mètres, réalisant ce qui se passait, il arrête sa voiture, abandonne Jérôme Tennant, agonisant sur le dôme, avant de prendre la fuite à bord de la voiture de son cousin, Atish Taukooree, qui le suivait.

Mes amis et moi avons accourus pour porter secours aux accidentés. Ils gisaient aux côtés de leurs vélos complètement endommagés. Nous nous sommes alors rendu compte qu’il manquait Jérôme. C’est là qu’on l’a vu sur le dôme d’une voiture qui s’était arrêtée à environ 300 mètres du lieu de l’impact.

Ses camarades et lui se précipitent pour aider le jeune homme mais il est déjà trop tard : il avait rendu l’âme.

YOUR REACTION?

Facebook Conversations




Latest Posts