La cour de Flacq a refusé la demande de remise en liberté conditionnelle d’un certain Y.B., enseignant d’éducation physique, 26 ans, habitant la région de l’Est, le mercredi 11 novembre. Ce dernier est provisoirement accusé de détournement de mineur. La victime est une de ses élèves, 16 ans, fréquentant un établissement scolaire de l’Est.

YOUR REACTION?

La présumée victime.

C’est vers 4 heures, dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 novembre, que la jeune fille a déposé plainte contre l’enseignant au poste de police de Lallmatie, en présence d’une représentante de la Family Welfare Unit, et des membres de sa famille. 

La collégienne raconte que vers 14 h 30, alors qu’elle prenait la direction vers son domicile, une voiture, venant de la direction de la Cité Perdi, à Lallmatie, s’est arrêtée à son niveau. Le professeur était au volant. L’adolescente précise que le jeune homme l’a invitée à prendre place à bord et elle s’est mise sur le siège arrière. Le conducteur a poursuivi sa route loin des habitations du quartier, avant de s’arrêter dans un lieu isolé. Le jeune homme de 27 ans s’est ensuite mis à ses côtés et l’a forcée à avoir des rapports sexuels avec lui, dit-elle. Rentrée tardivement chez elle, l’ado a été sévèrement grondée par ses parents. Prise de peur, elle a tout déballé. Ses parents l’ont alors accompagnée au poste de police pour porter plainte contre le suspect.

Celui-ci a été arrêté par la police de Lallmatie très tôt le lendemain matin. L’enquête de la police a établi que les deux s’échangeaient des messages à connotation sexuelle, depuis quelque temps. L’enseignant a nié les charges portées contre lui et a expliqué que la mineur était consentante et qu’ils avaient rendez-vous à la sortie de l’école.

L’adolescente a été admise à l’hôpital de Flacq, sous observation. Son état de santé est jugé stable. L’enquête suit son cours.

Facebook Conversations




Latest Posts